Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Tragi-comédies genevoises

Photo Treo

Je suis à  Genève, où j’ai moins le temps de surfer et de bloguer. En revanche je m’imprègne davantage de l’atmosphère locale…

A défaut d’affaire Clearstream, le membre communiste (canal historique) de la municipalité, maire de la Ville de Genève pour l’année, est inculpé d’abus d’autorité: il a fait “sauter” des amendes de stationnement (notamment, mais pas seulement, les siennes propres). “Il n’a pas compris que les temps ont changé”, dit la presse. C’est bien vrai ça: quand le socialiste Christian Grobet était au gouvernement, il parquait n’importe où (ou, plus précisément, devant la porte) et personne ne se serait avisé de lui infliger une contravention…

Mais surtout l’affaire de la “taupe” des services secrets suisses au Centre islamique.

On se souvient que le premier set avait tourné, du moins pour les naïfs, à  la confusion des services de sécurité: la “taupe” dénonçait ses employeurs, pourquoi espionner un brave théologien, M. Hani Ramadan?

Et puis, le week-end dernier, émerge l’information qu’un attentat contre El Al (dont un avion devait être abattu en vol a Genève) a échoué grâce à  la “taupe”: voir ce qu’en a dit Ludovic. Deuxième set aux services secrets, réhabilités.

Mais Ramadan tient à  son statut de victime (et la presse est toujours aussi complaisante): le voilà  qui s’inquiète du danger que court la “taupe”. Car elle ne s’est pas mise au vert à  Londres, comme Gergorin, mais en Egypte…

2 commentaires

  1. 25 mai 2006

    Je ne comprends pas la remarque concernant Gergorin et Londres.

  2. Pour le Maire de Genève, je suis partagé entre des considérations opposées. Comme l’a dit un ancien Conseiller d’Etat (exécutif cantonal) très populaire, personne n’est obligé d’être un élu du peuple, donc on n’a pas à  se plaindre de l’exemplarité des moeurs (désormais?) requise. D’un autre côté, si on est tellement fiers de la modestie de nos moeurs (l’oxymore préféré des Suisses à  une certaine époque), pourquoi s’acharne-t-on sur un magistrat qui, ayant renoncé à  la voiture de fonction avec chauffeur, ne pouvait pas se permettre de chercher inféfiniment une place de stationnement quand il avait des homologues à  accueillir?

Les commentaires sont fermés