Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Irak: Bush et Blair n’ont pas menti (The Guardian)

Le quotidien britannique retrouve le véritable auteur du crime et innocente deux hommes injustement condamnés depuis 8 ans

Avant même les dysfonctionnements politiques et les manoeuvres d’entreprises sans scrupules, ce sont les erreurs judiciaires qui ont inspiré le genre du journalisme d’investigation: la contre-enquête qui permet de trouver l’indice ou le témoignage irréfutable innocentant un condamné voire désignant le vrai coupable.

C’est très précisément ce qu’a fait The Guardian cette semaine en retrouvant Rafid Ahmed Alwan al-Janabi, alias Curveball, la source décisive des services de renseignements sur les armes chimiques en Irak au temps de Saddam Hussein, et en publiant ses aveux: ce scientifique qui a participé activement au programme de recherche secret du régime avant de faire défection l’avoue aujourd’hui, il a sciemment menti, enjolivant les informations qu’il apportait de détails particulièrement suggestifs. Pourquoi? Pour augmenter la crédibilité de la menace afin de provoquer une action décisive de la part de la communauté internationale et libérer l’Irak de la dictature de Saddam Hussein.

Cela a parfaitement fonctionné: il a été cru par ses officiers traitants qui ont fait remonter l’information au plus haut niveau. Notre homme ne regrette d’ailleurs rien et le referait aujourd’hui.

Ce témoignage confirme (ou révèle) que Bush et Blair n’ont rien inventé ni comploté mais se sont fondés en toute bonne foi sur les informations à  leur disposition: ce n’est ni la première ni la dernière fois que le travail des services de renseignements, qui n’est certes pas facile, laisse à  désirer. Personnellement, je ne suis pas surpris, évidemment. Mais cela reste une information importante pour tous ceux qui, de bonne foi eux aussi, ont été trompés par le martèlement simpliste de “Bush, Blair, menteurs” et qui devraient le reconnaître (voir aussi cette fascinante analyse).

Evidemment ce n’est pas ce que fait The Guardian qui, le lendemain de ses révélations, met en Une de l’édition papier un titre perpétuant la confusion: Colin Powell demand answers over WMD lies (sans le génitif Curveball’s qui figure en ligne)…

Un commentaire

  1. Mireille
    28 février 2011

    Evidemment. Imagines-tu une seconde qu`un journaliste ou un militant va renoncer à  la thèse qu’il savoure depuis huit ans? Une thèse (et d’autres) qu’il recycle avec tant de délirantes menaces et insultes lors de visites privées de Bush (à  Genève) ce qui oblige l’organisateur à  renoncer à  cette invitation. Essaie d’envoyer cette révélation à  notre parti commun! Mireille

Les commentaires sont fermés