Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Le vote de quelques VIP de la Bible

Que ferait Jésus à  ma place? Je croyais que c’était une spécialité évangélique américaine comme ce site qui décline ce qui est devenu le nouveau tétragramme WWJD[1] en moult produits dérivés. Mais j’ai découvert que l’association de cette question au goût bien français pour les acronymes peut être le fait de catholiques, en l’occurrence les Petites Soeurs de la Consolation qui ont mis en ligne le site QFJAMP [2]. En l’occurrence, nous allons plutôt nous demander pour lequel des deux principaux candidats les personnages bibliques voteraient, en toute mauvaise foi.

  • David, le roi messianique voterait forcément pour le patronyme de Ségolène. Peut-être aussi parce qu’elle lui aurait permis d’épouser Jonathan[3].
  • Le patriarche Jacob a trompé son père pour accaparer sa bénédiction et son héritage.[4] Avec le Judas du Nouveau Testament, il votera pour Nicolas.
  • Daniel a survécu à  l’épreuve de la fosse aux lions[5], il plébiscitera donc celle qui a survécu aux coups de griffes des concurrents de son propre parti, qui est d’ailleurs d’un certain Lion-el.
  • Samson, l’amant de Dalilah votera pour le mari de Cécilia, par solidarité masculine: ses déboires sentimentaux ont connu une publicité maximale, puisqu’ils sont relatés dans le bestseller de tous les temps, mais à  lui, ils lui ont été fatal[6].
  • Joseph, l’époux de Marie, se sentirait proche de François Hollande: n’est-il pas le patron de tous ceux qui se sont vu voler la vedette par leur femme?
  • Zachée donnera la préférence à  un personnage de petite taille[7].
  • Jésus à  12 ans sait mieux que les maîtres et les enseignants, comme Ségolène[8].
  • Les faux prophètes, dénoncés en maints endroits de la Bible, s’identifieraient avec le scientologue Tom Cruise – même combat – et par conséquent auraient souhaité l’arrivée au pouvoir d’un sarkotologue ou d’un scientolokosyste.

Citons enfin, deux représentants de la secte des ni-ni-istes:

  • Dans son arche, Noé a sauvé d’une catastrophe climatique rien moins que toutes les espèces vivantes (animaux et humains réunis). [9]Il aurait donc voté pour le candidat le plus conservateur… du point de vue de l’environnement. Question difficilement décidable objectivement parlant, les deux prétendants envisagés ayant montré patte verte en signant la charte de Monsieur Hulot.
  • Jean, l’auteur de l’Apocalypse, dernier livre de la Bible, s’abstiendra lui aussi: aucun des deux candidats ne peut être qualifié de visionnaire.

Notes

[1] Parmi les anciens, on pense surtout à  YHWH, les consonnes de pour Yahweh, qu’on s’est interdit de prononcer

[2] Qui semble dépourvu de contenu direct et consister exclusivement en liens pour télécharger des documents PDF.

[3] 2ème livre de Samuel ch.1, v.17-27

[4] Livre de la Genèse ch.27

[5] Livre de Daniel, ch.6

[6] Livre des Juges ch.16

[7] Evangile de Luc, ch.19

[8] Evangile de Luc, ch.2, vv.41-47

[9] Livre de la Genèse, ch.6-9

3 commentaires

  1. 15 février 2007

    Sourire. Et Jésus de Luc évitant le piège aurait sans doute répondu: “Rendez à  la République ce qui appartient à  la République et à  Dieu ce qui est à  Dieu.”(Luc 20.25).

    Mais la petite question “Que ferait Jésus à  ma place?” vaut bien mieux que les versions réductrices évangélique américaine et catho “Petites Soeurs de la Consolation”. La question “Que ferait Jésus à  ma place?” c’est ne pas consentir trop vite aux conditionnements, c’est s’offrir cette petite distance, ce petit espace, et parfois – trop rarement! – le miracle de l’éclosion de quelque chose de réellement neuf… “Et voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” (2 Cor. 5.17).

  2. Guillaume Barry
    17 février 2007

    Certes. Et en même temps: Jésus n’a pas remis en questions les rapports sociaux maîtres et serviteurs (pour certains, c’est un euphémisme pour esclaves). Et ce sont des chrétiens de sensibilité évangélique qui se sont engagés pour l’abolition de l’esclavage puis pour l’amélioration du sort des prisonniers. (Au 21ème siècle, c’est Christine Boutin.) Jésus n’a pas contesté la présence de l’occupant romain. Jésus a considéré que les païens étaient aux juifs ce que les petits chiens sont aux enfants de leurs maîtres (ou était-ce seulement une mise à  l’épreuve?). Jésus était opposé au divorce (en tout cas théologiquement et moralement parlant).

  3. 20 février 2007

    Je ne savais pas que des chrétiens évangéliques s’étaient engagés pour l’abolition de l’esclavage, il est important de le reconnaître 🙂

    Jésus a refusé de se laisser entraîner dans des luttes politiques, des querelles partisanes, et pourtant son message n’a rien d’éthéré, il ramène sans cesse à  la pratique. Aux questions “qu’est-ce qui est juste?”, “qui a raison?” il est répondu “toi, suis-moi!”, aucune réponse simple…

    Mais je croyais que c’était un blog politique ici? 😉

Les commentaires sont fermés