Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Le groupe socialiste au Parlement européen, futur Prix Nobel de la paix

Au moins! Ou alors de médecine. Car, comment ai-je pu l’ignorer pendant quatre jours, le groupe parlementaire du parti socialiste européen a opéré le 8 novembre une percée décisive dans la lutte contre le VIH. En prévision de la traditionnelle Journée mondiale du sida, le 1er décembre, il lance une pétion en ligne:

CUT AIDS – CUT VAT ON CONDOMS
moins de sida – moins de TVA sur les préservatifs[1]

Dans ce mélange d’utopie camarade vers des lendemains qui chantent enracinée dans le solide réalisme qui est la marque de fabrique de nous autres, sociaux-démocrates et socialistes des 27 pays membres (en attendant les autres, dont la Suisse), il ne fait pas dans la chimère inaccessible (la suppression de la TVA: ce serait contraire à  la réglementation), mais dans le concret qui change la vie tout de suite: l’abaissement au taux minimum de 5%.

Dois-je continuer?

“Des centaines d’utilisateurs de Facebook se sont empressés de constituer un groupe sur le célèbre site web de réseau social pour appuyer la campagne”, annonce fièrement le site.

Je dois dire que je suis en rage. J’espérais un canular de mauvais goût, ayant reçu cette information par mail d’un groupe gay dont je suis membre qui se sera fait avoir. Mais non, tous les liens paraissent bien réels. Une gesticulation impuissante, une tentative pitoyable de récupération et une proposition navrante de démagogie: comme si le coût des préservatifs était le problème (et en Suède entre tous les pays, puisqu’on veut nous faire pleurer sur son taux maximum de TVA à  25% — sans aller jusqu’à  affirmer que c’est bien ce taux qui s’applique en l’occurrence). Ce n’est pas cette mesure qui va ramener à  la raison ceux qui, par choix (goût du défi, mépris du danger, pulsion suicidaire, dégoût de soi, esprit de solidarité mal situé, que sais-je) ont des relations non protégées, voire recherchent expressément la contamination sous le nom de bareback, par exemple.

Notes

[1] Ils n’ont pas osé “capotes”, trop familier?

4 commentaires

  1. 13 novembre 2007

    Dans les années 90, l’animateur Christophe Dechavanne a popularisé l’expression “Sortez couverts” et a lancé l’opération “Préservatifs à  un franc”. C’était l’époque où la mobilisation des gouvernements sur le thème du sida était ressortie comme insuffisante, où parler préservatifs à  la télévision comme quelque chose qui devait aller de soi avait encore un côté transgressif. En même temps, la cause permettait de se profiler comme un boy scout du sexe républicain. Avec la motivation de préserver la santé publique, qui ne devait pas dépendre de gens à  petit, on s’inscrivait dans le cadre d’une lutte pour le maintien de la liberté sexuelle menacée par le sida. Tandis que l’initiative sur la TVA, c’est un autre cas de figure…

  2. max
    13 novembre 2007

    Pour information, la TVA est de 5.5% en France.

  3. 14 novembre 2007

    Je comprends ce que vous dites; il faut faire plus qu’abaisser le taux de TVA, mais je ne suis pas d’accord que cete petition est quelquechose de nulle. La petition passe partout dans l’UE- comme le HVI et SIDA. Il donne la lumiere aux problemes.

    Vous focalisez sur :Ce n’est pas cette mesure qui va ramener à  la raison ceux qui, par choix Ceux qui décident par choix d’avoir des rélations non protegées, j’estime (même si je ne comprends pas du toute) qu’ils ont deja considéré les risques. Le prix ne leur concernent pas évidement. Mais pour les gens le plus sensible- les jeunes, les pauvres-on peut faire quelque chose pour eux. Il faut s’assurer qu’on fasse tous ce qu’on pet pour les protéger. Oui, il y a des organisations qui distribuent les préservatifs gratuit, mais toute le monde n’a pas acces a ces services, soit ils n’en sachent pas soit ils sont gênés par ca. Je ne sais pas, mais ce que je sais ce qu’un abaissement des tarrifs de TVA, et plus de publicité- pendant 1 mois, pas seulement le jour même de World AIDS Day- ne peuvent qu’aider la lutte contre SIDA.

  4. 14 novembre 2007

    @niamh63: Merci de ton commentaire (et bravo pour ton français!). Mais je ne suis pas d’accord que tout (ou n’importe quoi) “ne peut qu’aider”. En réalité c’est de l’agitation frénétique par peur du vide, pour s’éviter de penser, et on se donne bonne conscience à  bon compte en lançant comme en signant cette pétition.

Les commentaires sont fermés