Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Jouez au Kiladikan

1. C’est de ce qui n’appartient ni à  toi ni à  tes sujets que tu peux être plus généreux donateur, comme le furent Cyrus, César et Alexandre. Dépenser le bien des autres, en effet, ne nuit en rien à  ta réputation, mais l’enrichit. C’est seulement le fait de dépenser ton bien qui est néfaste.

2. Tandis que les individus tendent, poussés par leur égoïsme à  l’atonie sociale, l’Etat représente une organisation et une limitation. L’individu tend continuellement à  s’évader. Il tend à  désobéir aux lois, à  ne pas payer les impôts, à  ne pas faire la guerre. Peu nombreux sont ceux — héros ou saints — qui sacrifient leurs biens sur l’autel de l’Etat. Tous les autres sont en état de révolte potentielle contre l’Etat. Les révolutions des XVIIe et XVIIIe siècles ont tenté de résoudre ce conflit qui est à  la base de toute organisation sociale d’Etat en faisant surgir le pouvoir comme une émanation de la libre volonté du peuple. C’est une illusion de plus.

La réponse est sous le chapô.

  1. Nicolas Machiavel dans ”Le Prince”, en 1513.
  2. Benito Mussolini dans “Prélude à  Machiavel”, en 1924

Trouvé dans un très intéressant numéro hors-série du Nouvel Observateur (juillet-août) consacré à  Machiavel.

Première édition du Kiladikan