Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Guerre d’usure

Voilà  une affaire révélée par l’hebdomadaire gratuit GHI/Genève Home Informations, qui, en plus de son caractère ironique, pose un dilemme qui va peut-être au-delà  des préoccupations locales usuelles sur le logement et la protection des locataires.

Or donc Jean-Pierre Garbade, un avocat genevois très marqué à  gauche, héraut notoire des minorités et adepte ordinairement de la rupture avec le Système et l’Etat bourgeois (pensez à  Jacques Vergès), demande qu’on applique un libéralisme pur et dur à  l’endroit des “salons de massage” dont il représente un propriétaire. Il défend donc le droit de demander n’importe quel prix de location aux prostituées (qui sont en règle avec le fisc et la police), celles-ci étant libres d’accepter de payer ou non. Ce qu’on peut appeler de l’usure, à  défaut de proxénétisme. Et c’est un procureur général de droite, Daniel Zappelli, qui veut non pas interdire mais fixer un prix plafond (60€ par jour). C’est-à -dire décréter un taux à  partir duquel le propriétaire sera poursuivi pour pratique usurière.

Difficile de trancher. En la matière, faut-il être un libéral froid (tautologie) avec toutes ses conséquences, en allant au-delà  des apparences, en oubliant qui est le défenseur, ou faut-il être humaniste-social, en faisant abstraction de la personnalité du supposé électoraliste procureur? Pour le propriétaire d’un des plus grands salons de massage de la place, c’est une croisade calviniste. A un niveau plus terre à  terre, cela pourrait aussi être décodé, soit dans la cadre de la guéguerre personnelle que le procureur est réputé mener contre le magistrat en charge de la police, le socialiste Laurent Moutinot, soit dans le compromis historique qui les a vus la main dans la main pour l’expulsion du squat Rhino… [1]

COMPLEMENT DE FRANCOIS DU 05.08 A 11h08 – Qui n’a qu’un lien ténu mais permet aux gays de se sentir terriblement privilégiés, voire moralement supérieurs (trouvé chez Turion):

“The big difference between sex for money and sex for free is that sex for money usually costs a lot less.”

Notes

[1] Le Temps parle ici d’une alliance contre nature mais révèle des rapports pour le moins complexes.

3 commentaires

  1. 6 août 2007

    pas si paradoxal:votre avocat est un libéral total:à  gauche sur le sociétal, à  droite sur l’économique (je dis droite et gauche dans le sens commun médiatique).

  2. Alex
    7 août 2007

    Garbade fait son boulot : il défend les intérêts de son client. Sur le fond, il me paraît logique de réprimer ce type de comportement usurier. Ce qu’il faudrait à  mon sens, c’est créer un cadre permettant aux personnes s’adonnant à  la prositution d’exercer leur activité dans des conditions décentes (par exemple, réserver certains locaux, favoriser la création d’entreprises coopératives etc). C’est notamment le travail des syndicats. Plus ces personnes sont isolées, plus elles sont vulnérables.

  3. 7 août 2007

    Oui Garbade fait son boulot. En l’occurrence, il défend une minorité de propriétaires mal considérée, mais, par rapport aux locataires, aussi une minorité à  peine moins mal considérée, ce ne sont pas les plus faibles.

Les commentaires sont fermés