Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Amour et (Palais de) justice

Après avoir gagné deux recours, Hani Ramadan ne pouvait être licencié par le Conseil d’Etat de Genève (qui reprochait à  l’enseignant, notamment, son apologie de la lapidation dans Le Monde). Ce dernier cherche donc à  le recaser ailleurs que dans l’enseignement. Il semblerait qu’on ait envisagé le Palais de Justice. Le chroniqueur du populiste GHI ne peut s’empêcher de persiffler:

“Ainsi, l’islamiste genevois pourrait donner des conseils pour appliquer au Bourg-de-Four la charia, qui prône la lapidation de la femme adultère. A ce Gouvernement genevois qui charie trop souvent, on ne lancera pas la première pierre!”

C’était trop facile et trop tentant de sa part, mais en l’occurrence, je ne jetterai pas de pierre au gniolu

En 2005, Pascal Hilout du Nouvel Islam affirmait dans ce billet que“L’amour est ce qui manque à  M. Hani Ramadan”. Toutefois, il le disait plus sur le ton d’un constat sévère que d’un diagnostic compassionnel relevant de la médecine de l’âme.

On peut aussi se demander si Hani Ramadan n’a pas passé entre les mains d’une Jill Greenberg, l’artiste qui fait scandale actuellement pour ses photographies d’enfants qu’elle ferait pleurer en leur retirant une sucette.[1] Fait troublant: En 1966, Serge Gainsbourg avait mis ces paroles prophétiques dans la bouche de France Gall: Hani aimeuh les sucettes…

Notes

[1] Je le mets au conditionnel: comme elle s’intitule elle-même Manipulator, on peut se demander si ce sont les enfants, les photos ou les médias et le public qui sont manipulés.

Un commentaire

  1. 3 septembre 2006

    Ce photographe doit s’être inspiré de Karsh dont un fameux portrait de Churchill le montre après que sa sucette lui a été arrachée!

Les commentaires sont fermés