Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

"Pétrole contre nourriture": le rapport Volcker n’est qu’un début

Soigneusement coaché par son chef d’état-major Mark Malloch Brown un Britannique aguerri, en fonction depuis quelques mois (entre ceux qui ont démissionné soudain et ceux qui sont inculpés, il y a eu pas mal de changements parmi les collaborateurs proches du secrétaire général de l’ONU…), Kofi Annan avait amorti préventivement le choc du rapport de la Commission indépendante présidée par Paul Volcker qu’il avait, contraint et forcé, fini par charger d’enquêter sur la manière dont le programme du Conseil de sécurité Pétrole contre nourriture, destiné à  mettre en oeuvre des sanctions “intelligentes” contre le régime de Saddam Hussein et pas contre le peuple irakien, a en définitive largement profité au régime… et à  bien d’autres! Et dès sa sortie, il a donné tous les signes de la contrition, revendiquant bien haut la responsabilité de mener à  bien les réformes indispensables.

Mais quelle est sa crédibilité? Bien faible. D’une certaine façon, je ne suis pas mécontent qu’il ne démissionne pas: ç’aurait aussi pu donner à  penser que ce n’était qu’une question de personne alors que c’est le fonctionnement même de l’organisation qui est en cause. Mais c’est aussi une question de personne, et il ne faudrait pas oublier que, dans cette affaire, le secrétaire général a toujours avancé à  reculon (via Roger L. Simon): bien sûr la responsabilité du Conseil de sécurité et de ses membres est aussi engagée, mais on lui cachait bien des choses.

Quant aux propositions de réforme avancées, en particulier l’élargissement du Conseil de sécurité, elles sont complètement à  côté de la plaque: l’Allemagne et le Japon nouveaux membres permanents! La discussion ne devrait maintenant faire que commencer, avec simultanément la recherche du successeur et l’engagement de transformer la manière dont l’ONU est gérée et fonctionne.