Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Après la "flat tax", l’impôt "dégressif"

De même que la flat tax, ou impôt à  taux unique, reste bel et bien un système d’imposition progressif, de même la réduction du taux marginal pour les tranches de revenus les plus élevées (telle que le canton d’Obwald, après celui de Schaffhouse en 2003, vient de la décider) n’introduit pas pour autant un système d’imposition dégressive (c’est-à -dire, si les mots ont un sens, un système ou le riche paierait moins que le pauvre: ce n’est vrai ni en francs ni même en pourcentage). La force du conservatisme c’est d’instinctivement opposer des clichés rassurants aux idées nouvelles, forcément déstabilisatrices (et sous nos latitudes l’imposition progressive fait largement partie de la “pensée unique”).

Ce que les deux démarches ont en commun, c’est de rompre avec l’automatisme de la progressivité continue, empreinte d’esprit juridique/géométrique, pour emprunter la voie originale d’une approche tenant compte de paramètres que je qualifierais de psycho-économiques; l’idée c’est de maximiser les revenus pour la collectivité (en supprimant la désincitation à  créer de la richesse), et tant pis si l’image punitive de la fiscalité doit en souffrir… Au total, même les envieux aigris en bénéficieront! C’est ce qu’ont bien compris les citoyens d’Obwald: la réforme (qui a des objectifs plus larges et vise aussi à  favoriser l’installation dans le canton de personnes fortunées et d’entreprises) a été approuvée au parlement par 39 voix contre 4 et en votation populaire par 86% des voix.

COMPLEMENT DU 17.12.07: Nouveaux développements et correctif ici.