Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Politique: la force d’inertie

Pour qui veut changer les choses mais ne s’intéresse que de loin à  la vie publique, l’abattement risque de succéder rapidement à  l’enthousiasme impatient: le poids de l’inertie paraît toujours s’opposer à  ce qui semble pourtant “évident”, “simple” et “urgent” (et ce billet est en quelque sorte une suite de celui-ci).

C’est particulièrement clair en Suisse, où tout conspire à  l’immobilisme: la structure fédérale, le bicamérisme, l’exécutif collégial et la démocratie directe. Mais c’est aussi vrai dans les démocraties d’alternance, où le vrai test est de savoir ce qui subsistera lorsque l’opposition arrivera à  son tour au pouvoir: pas les nationalisations de Mitterrand mais la suppression de la peine de mort et la régionalisation (qui sont justement des objectifs dépassant le clivage gauche / droite); l’essentiel du thatchérisme (et il faut avoir en mémoire que la lutte contre les abus du pouvoir syndical figurait en fait aussi au programme du travailliste battu, James Callaghan), moins les excès tels que la clause 28 interdisant l’information sur l’homosexualité ou la poll tax. Et je tombe (via Instapundit) sur ce billet qui apporte des explications lumineuses sur les difficultés de Bush avec un Congrès pourtant également républicain, depuis sa réélection il y a une année (autre version avec commentaires ici).

L’auteur, Jay Cost, est un doctorant en ScPo de l’Université de Chicago qui avait tenu un blog réputé, The Horse Race Blog, durant la campagne présidentielle; blogueur invité pendant les fêtes sur Real Clear Politics (un portail de liens et d’informations qui a l’air fort bien fait), il a publié d’autres billets passionnants pour qui s’intéresse au fonctionnement des institutions américaines: