Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Le Cristal-Rouge, vraie fidélité à  Henri Dunant

croix-rouge, croissant-rouge, cristal-rouge

Micheline Calmy-Rey, la ministre helvétique des affaires étrangères (socialiste genevoise), a une insupportable et irrépressible tendance à  ramener tout dossier au bénéfice politique qu’elle peut en tirer, en (court) terme d’exposition médiatique. Cela a bien failli conduire à  l’échec la conférence diplomatique qu’elle avait convoquée, mais elle peut encaisser aujourd’hui son dividende — ce type de pari est probablement le propre des grands animaux politiques!

En focalisant l’attention, à  la veille de la réunion des parties aux Conventions de Genève, sur le conflit israélo-arabe et l’intégration au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge de “l’étoile-de-David-rouge”, MCR se donnait certes un beau rôle (comme lorsqu’elle avait tancé Colin Powell au séminaire de Davos avant l’intervention en Irak). Mais elle créait aussi une occasion que la Syrie n’a pas manquée pour prendre la conférence en otage et rallier à  son étendard déclinant un monde arabe qui s’en serait bien passé et les dernières dictatures communistes (Chine, Corée du Nord, Cuba). Pendant ce temps les affreux massacres d’Afrique (ex. l’Erythrée) ou d’Asie (ex. la Thaïlande) où les actuels emblèmes de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge sont inadéquats pouvaient tranquillement rester à  l’arrière-plan.

On peut certes le déplorer, mais une fois de plus il a fallu les gros sabots américains, ceux de la Croix-Rouge nationale, forte de son poids financier, pour sortir de l’immobilisme. Elle était non sans raison indignée de l’ostracisme qui frappait Israël: c’est quand même curieux qu’après avoir approuvé l’adjonction du croissant de l’Islam, puis même du lion perse, ce soit pour s’opposer à  l’étoile de David (en 1949, à  une voix de majorité) que l’on ait soudain fait prévaloir des principes de neutralité et d’universalité qui, même il y a quelques dizaines d’années, n’étaient plus remplis par la croix; seule une interprétation historique subtile peut voir en elle une simple inversion du drapeau suisse, comme à  Genève au XIXe siècle. Ce problème politico-diplomatique bien réel en cache un autre qu’il aurait été tout aussi embarrassant d’évoquer: le remplacement par plusieurs sociétés nationales de la croix par le croissant, toujours pour des raisons religieuses, qui ne peut manquer d’inquiéter des minorités non musulmanes, et l’impossibilité pratique d’utiliser côte-à -côte les deux emblèmes existants. Mais cela ne suffisait pas à  secouer les pesanteurs du conservatisme voire de la nostalgie. Un début de solution a maintenant été trouvé — pour autant que le nouvel emblème n’ait pas acquis dans l’intervalle une image sulfureuse: “réservé aux Israéliens”…

A l’interprétation historique il faut parfois préférer la méthode téléologique: s’il avait pu anticiper les problèmes, s’il avait pensé au Cristal-Rouge, nul doute qu’Henri Dunant l’aurait adopté comme emblème unique!

Un commentaire

  1. Alex
    9 décembre 2005

    L’adoption d’un nouvel emblème aura – semble-t-il – des impacts concrets sur le terrain, ce qui suffit à  mes yeux à  le légitimer. En va-t-il de même avec le nouveau combat de MCR soit le remplacement de l’expression “droits de l’homme” par celle de “droits humains” ?! J’avoue être un peu dubitatif…

    Le débat passionné sur le vocabulaire non sexiste auquel ce commentaire a donné lieu a été déplacé sous ce billet!

Les commentaires sont fermés