Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Qui apportera le bonheur aux Français?

Ce n’est pas la question, en fait: la “poursuite du bonheur” qu’évoque mythiquement la Déclaration d’indépendance américaine du 4 juillet 1776 (13 ans avant la Révolution française) n’est pas une tâche de l’Etat mais bien une définition en creux, un droit naturel que celui-ci a le devoir de respecter. Le défi, pour Royal ou Sarkozy, est d’autant plus difficile que la situation de départ est subjectivement négative: une étude d’économistes de l’Université de Cambridge place les Français seulement au 11e rang de ceux qui se déclarent heureux (parmi les Etats de l’UE à  15). Et l’état du Danemark s’identifie apparemment moins à  la morosité d’Hamlet qu’au bonheur d’un couple gay en partenariat enregistré: c’est ce pays qui arrive en tête du classement.

Comme le dit le Dr Luisa Carrado, qui a dirigé cette recherche:

The survey shows that trust in society is very, very important. The countries that scored highest for happiness also reported the highest levels of trust in their governments, laws and each other.

D’un autre côté on peut aussi se dire qu’il est plus agréable de pouvoir chercher à  améliorer les choses que de n’avoir pour ambition que d’éviter leur détérioration…

On aimerait bien, à  vrai dire, en savoir plus sur cette étude: elle a porté sur 20’000 personnes et distingue apparemment des résultats pour 180 régions; elle comporte également un croisement avec d’autres études similaires. Malheureusement, au delà  du communiqué, l’Université de Cambridge ne met rien d’autre à  disposition. Et les médias qui en parlent, principalement britanniques, ne développent ni ne nuancent, zoomant au contraire sur ce qui est susceptible d’intéresser leur public immédiat. Quelle est, plus précisément, la différence entre l’indice de bonheur et l’indice de satisfaction (où la France fait pire: 13e sur 15, devant la Grèce et Portugal)?

Si le Daily Telegraph, quotidien d’opposition, monte en épingle négativement la place du Royaume-Uni (Londres fait toutefois un score enviable), la BBC doit à  l’objectivité de souligner qu’il devance tant la France que l’Allemagne…