Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Brendan O’Neill (spiked) et la versatilité des anti-guerre

Pas eu la possibilité de bloguer tous ces temps et vais encore être absent une semaine. Avant de partir, je vous signale ce long article de Brendan O’Neill sur spiked. Il part de l’appel de l’acteur George Clooney qui réclame une intervention des Etats-Unis au Darfour, après avoir été notamment l’emblême du mouvement ‘Bring Our Boys Home’. Tout l’article va être une analyse et une critique de la posture actuelle des anti-guerre devenu pro-intervention au Darfour. Dans le cas de l’Irak, les motivations, relevaient plus du sentiment narcissique d’indignation morale, qui est donc gratifiant à  éprouver, plutôt que de la critique d’une idée – à  savoir que l’Occident a une responsabilité morale d’intervenir dans les affaires d’autres Etats pour protéger ceux qui se font piétiner. Ceci explique, dit O’Neill, qu’un sentiment anti-guerre peut si facilement se muer en l’exigence d’une guerre. Ces mouvements ont rejeté le dualisme du bien et du mal de leurs adversaires (Bush en premier) pour adopter le dualisme du juste et du faux (right and wrong) qui refuse tout autant les nuances. Reste à  savoir si les raisons que donne O’Neill pour ne pas intervenir au Darfour sont bonnes. D’autre part, en analysant les motivation des mouvements d’opinion et de revendications, il procède à  une généralisation qui est peut-être discutable. Mais il n’empêche que son article vaut le détour.

COMPLEMENT EN HOMMAGE A JEAN-FRANçOIS REVEL. Cette petite phrase de lui publiée dans le Point du 19 décembre 1992 reprise dans le numéro du 4 mai dernier:

“La vertu, comme la morale, consiste à  se draper dans le Bien. La morale consiste à  le faire, ou à  éviter de faire le Mal.”