Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Beckam: une récupération juteuse de l’homophobie?

Sujet futile comme l’univers auquel il se rapporte? Ou y aurait-il quand même matière à  réflexion profonde? Me voilà  en effet interpellé par une petite phrase qui tue. Je l’ai trouvée dans une revue de presse du magazine Têtu (version imprimée). Elle émane de l’édition de septembre du magazine So Foot, et est assénée par Mark Simpson, le père du terme métrosexuel.

“La métrosexualité de Beckam a besoin d’homophobie pour fonctionner: il reçoit célébrité et argent en se comportant comme un gay; or, si être gay n’était pas aussi choquant dans le foot moderne, il ne serait pas aussi célèbre.”

Bon, j’aurais tendance à  dire que Beckam fait probablement partie de ceux à  qui on (les médias) adore trouver tous les vices après avoir contribué à  une érection précoce du personnage en mythe. Comment savoir si un joueur de ce niveau ne jouit pas d’une personnalité et d’un physique qui lui auraient permis de gagner autant d’argent, sans avoir à  recourir à  ce gadget? La métrosexualité serait alors à  la gloire de Beckam ce qu’est le hardeur de Tannhäuser au talent d’Olivier Py: inutile et indifférente, moralement parlant.

COMPLEMENT DU 31.10.05. A propos de coming-out gai ou lesbien dans le sport, cf. cette brève de Têtu en ligne au sujet de la basketteuse Sheryl Swoopes. C’es tout récent et tous les effets ne se sont pas encore fait sentir. On pourrait croire que là , la notion de courage est autrement différente. Et pourtant, il y a polémique autour du fait que la basketteuse se fait sponsoriser par une agence de voyages pour gais et lesbiennes, qui aurait encouragé au coming-out. Lire par exemple cet article de la rubrique “Money Talks'” du San Franciso Chronicle en ligne. Pour un autre angle d’approche, qui donne plus la parole à  l’intéressée, lire par ex. cet article du Houston Chronicle.

2 commentaires

  1. maruku
    2 novembre 2005

    “après avoir contribué à  une érection précoce” C’est exprès cette formule ?

  2. 3 novembre 2005

    Si je répond par l’affirmative, je nuis à  la réputation de sérieux helvétique de ce blog, et je contrarie en particulier mes tropismes calvinistes. Si je réponds par la négative, je passe, au mieux, pour un distrait et, au pire, pour un “bobet” (comme on dit par chez nous). C’est ainsi que, du fait de ta question, la perplexité m’habite.

Les commentaires sont fermés