Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Les contes et légendes du Temps:l’envol des Saoudiens après le 9/11

Voici le courriel que j’ai adressé ce midi au quotidien de référence suisse de langue française (notre New York Times, Le Monde, BBCGuardianThe Independant, pour le meilleur et pour le pire), dans la forme publiée dans son courrier des lecteurs mercredi 28 juillet. Un “ramonage” développé (avec les citations pertinentes etc.) figure ici.

Titillé vraisemblablement par l’escale genevoise, Le Temps de samedi ne peut s’empêcher de revenir sur l’évacuation douteuse d’une nomenklatura proche d’Oussama Ben Laden, avec l’appui du régime Bush. Mais là où Michael Moore lui-même ne pèche que par omission, parlant vaguement de vols “après le 13 septembre”, Le Temps affirme: “L’évacuation commence le 13 septembre, alors que l’interdiction des vols civils est encore en vigueur aux Etats-Unis”. C’est évidemment jouer sur les mots si par là vous visez des préparatifs…

Le rapport de la commission 9/11 du Congrès américain est bien plus affirmatif dans son démenti que vous ne le suggérez: c’est en page 329-30, toute personne lisant l’anglais peut le lire sur l’Internet. Aucun vol n’a eu lieu avant la réouverture de l’espace aérien, le matin du 13 septembre (et la genèse de la rumeur infondée d’un vol antérieur est explicitée dans la note 25). La commission n’a décelé aucune intervention politique favorisant les vols en question (ironiquement, le plus haut placé qui a été consulté et n’a rien trouvé à y redire est Richard Clarke, traité en héros par Le Temps depuis qu’il a démissionné et dénonce Bush dans un livre à succès). Tous les noms ont été contrôlés par le FBI, qui a effectivement interrogé les personnes qui l’intéressaient (note 28) contrairement à ce que vous écrivez. Les deux dernières phrases du rapport sur ce point sont les plus intéressantes: ni le FBI, ni la commission elle-même n’ont depuis lors trouvé le moindre élément remettant en cause le fait que ces personnes n’avaient rien à voir avec les événements, quoi qu’en pensent les esprits soupçonneux que vous citez.

On a coutume de dire qu’en temps de guerre la vérité est la première victime. Ici est-ce la commission 9/11 unanime qui ment?

MIS A JOUR le 1er août.