Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Chauvinisme manichéen ou barbarie (à  la Todorov)

Cocorico européanocentré, manichéisme de l’antimanichéisme américain: telles sont les ficelles de la recension dans Le Temps du dernier ouvrage de Tzvetan Todorov. Mais après avoir cru que ces partis pris étaient ceux de l’auteur de l’enthousiaste article, qui les rétroprojetterait sur le sujet traité, à  lire les citations, je ne peut hélas pas mettre au bénéfice du doute le prestigieux essayiste français d’origine bulgare[1].

Il est question du modèle d'”Europe tranquille” caractérisé par l’ attachement au pluralisme, le souci de la négociation en lieu et place de l’affrontement. Comme le disent ces amants de la modération, ces Européens qui s’ignorent, ces héritiers véritables des Grecs et de leur Μηδέν Άγαν[2] que sont les Vaudois: Pour la modestie, y en a point comme nous.

Autant dire que les Etats-Unis ne sont pas nés du pluralisme, que le Premier Amendement ne représente rien, et que les guerres séculaires européennes (surtout les guerres de religion) ont été menée avec parcimonie et dans la plus grande tranquillité, avec un extrême souci du dialogue.

Dans l’article du Temps, il y a une définition de Todorov sur la barbarie et la civilisation.[3] Tirons-en les conséquences: Le monde se divise en deux catégories: les civilisés et les barbares. Les barbares ne reconnaissent pas l’humanité des autres. Autrement dit, ils ne connaissent pas l’altérité. Les civilisés eux reconnaissent l’altérité des autres. La supériorité des civilisés, c’est qu’au lieu d’avoir une vision uniforme du monde, ils distinguent deux catégories: eux (qui distinguent deux catégories) et les autres… Etre civilisé, c’est donc être manichéen.

Notes

[1] Il fait partie des pères fondateurs du structuralisme, dont j’ai dit ici le bien qu’il fallait quand même en penser.

[2] Mêden Agan, rien d’excessif

[3] La barbarie ne comprend qu’une seule catégorie d’individus: ceux qui nient l’humanité des autres. (…) La civilisation est la capacité de saisir la différence de l’autre ou se mettre de plain-pied avec les autres (définition goethéenne).

Un commentaire

  1. Rom1
    2 novembre 2008

    Il me semble que le Mêden Agan ets parfois traduit en “médiété”, en français : en toute chose, garder la juste mesure. Une vertu très importante chez Aristote, et qui s’était aussi traduite par la médiocrité honnête chez un philosophe romain (honesta mediocritas si mes souvenirs sont exacts, mais bon je n’ai jamais beaucoup fait de latin ni de grec).

Les commentaires sont fermés