Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Ô capitalisme, où est ton échec?

Même en avocat du diable, je n’ai pas spécialement envie de défendre

  • les traders qui par définition n’ont pas à  voir venir autre chose que le très court terme
  • les CEO dont le salaire relève de la poésie et de la musique des sphères célestes, à  force d’être surréaliste et astronomique
  • les investisseurs qui n’auraient rien à  gagner s’ils n’avaient rien à  perdre, qui gagnent en achetant, vendant ou prêtant ce qu’il n’ont pas (c’est comme l’amour qui consiste à  donner ce qu’on n’a pas)
  • les spéculateurs et les banques en général qui créent de la valeur ex nihilo (qui font mieux que le Dieu créateur – les valeurs étant en lui incréées et éternelles)
  • les experts, journalistes, thuriféraires et autres valets du système qui de savoir ne se lassent pas

Toutefois, j’en ai assez d’entendre parler de l‘échec du système capitaliste:

– L’eau et le feu sont-ils en échec parce qu’il y a des noyades et des incendies?
– La circulation routière en elle-même est-elle un échec parce qu’elle engendre des accidents?
– La vie est-elle un échec parce qu’elle se termine par la mort?
– La liberté est-elle le Mal du seul fait qu’elle le permet et qu’il arrive?

Par ailleurs, quel est le statut ontologique du capitalisme? Est-ce que le capitalisme existe? Comme une personne? Comme Dieu? Comme un cadre? Comme une condition de possibilité? Ou bien n’est-ce qu’un terme abstrait qui n’a commencé à  exister que par la critique qui en a été fait?[1] Par ailleurs, l’absence d’un certain nombre de règles dans un jeu, avec des conséquences funestes, n’implique pas en soi la disqualification du jeu comme tel et de la liberté d’y jouer.

Ô malhonnêteté intellectuelle de qui fait ces raccourcis! Ô paresse de qui les relaie!

Notes

[1] Le libéralisme n’a-t-il pas pris conscience de lui-même qu’en s’opposant à  la théocratie, qu’en contestant la supériorité des privilèges de naissance sur les mérites acquis, etc.?

2 commentaires

  1. 21 octobre 2008

    Vrai, mais on pourrait utiliser les mêmes arguments pour défendre le communisme.

  2. Philou
    25 octobre 2008

    “L’amour, c’est donner ce que l’on n’a pas ‘à  quelqu’un qui n’en veut pas.”” Jacques Lacan. “La paresse, sur laquelle prospère le capital.” Jacques Lacan.

    lol

Les commentaires sont fermés