Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Qui l’a écrit?

Salut marin, bon vent à  toi
Tu as fait ta malle
Tu as mis les voiles
Je sais que tu ne reviendras pas
On dit que le vent des étoiles
Est plus salé qu’un alizé
Plus entêtant qu’un mistral
Au revoir marin, tu vas manquer
Tes yeux bleus, ton air d’amiral

Cette personne a aussi écrit:

Le temps s’est arrêté, les heures sont volages
Les minutes frissonnent et l’ennui fait naufrage
Tout paraît inconnu tout croque sous la dent
Et le bruit du chagrin s’éloigne lentement
Et le bruit du passé se tait tout simplement

et encore (sans doute plus connu):

Et je veux déranger les pierres / Changer le visage de mes nuits
Faire la peau à  ton mystère / Et le temps j’en fais mon affaire


Jusqu’à  la semaine passée, j’étais un heureux et béat béotien en la matière. Le nom ne me disait rien, artistiquement parlant. C’était un people parmi d’autres. Je ne regardais par les bonnes chaînes télévisées. Quant à  la radio, j’avoue m’adonner entre 08h et 09h à  une écoute parallèle[1] de la Radio Suisse Romande et de France Culture. Cette pratique douteuse m’a peut-être fait rater le décisif teaser.

Et puis, dans un supermarché Migros même pas du centre-ville, j’ai vu qu’on avait installé des bornes pour écouter des CD en vente dans le magasin. Un boîtier m’interpelle: “Ne mourons pas idiot”, me dis-je. Et idiot en la matière, je serais resté – rétrospectivement parlant – car séduit je fus. Je ne pouvais plus m’arracher aux écouteurs malgré les regards sceptiques des braves gens de la file d’attente, car j’étais juste entre deux files. On avait beau être dans un quartier populaire multiculturel, à  18h25, ça ne faisait pas très sérieux de rester immobile quand ce n’était pas pour attendre de passer à  la caisse. Bref je n’ai pas voulu associer l’achat d’un produit artistique à  un tel contexte. La narration de l’événement a eu pour effet que le CD me fut offert – ça tombait bien car il avait plein de contenu romantique.

Ce sont d’abord les musiques et les arrangements qui m’avaient séduit. La voix étant tout sauf désagréable[2]. Mais en lisant attentivement les paroles, j’ai bien dû me rendre à  ce constat: j’avais affaire à  une poésie plus qu’honnête pour la plupart des compositions.

Moralité: si je devais mettre une seule chose positive au crédit du président français actuel, ce serait d’avoir indirectement contribué à  me faire[3] découvrir Carla Bruni.

Notes

[1] Lire: zappante.

[2] Evocation d’une Barbara (que je n’aime pas trop) plus soft et plus érotique en même temps.

[3] Peut-être à  d’autres que moi? Ou bien étais-je le dernier à  ne pas la connaître?

4 commentaires

  1. 17 août 2008

    Tiens, ça vient de me décider à  l’acheter… Je trouvais déjà  ses textes et sa musique bien quand elle était censée être de gauche, je ne vais pas changer d’avis pour si peu.

  2. 17 août 2008

    C’est le risque pris: Sarkozy aurait pu ruiner la carrière de Carla… gageons qu’il n’en est rien ; mais avouons tout de même que penser a Carla sans penser a Sarkozy est parfois difficile 😉

  3. Liberal
    18 août 2008

    Oui, je me souviens avoir flashé sur les textes de son premier album et m’être demandé qui les avait écrit. Quand je me suis rendu compte qu’elle écrivait elle-même ses textes, je l’avais fait passer de la catégorie “jolie fille qui chante” à  “artiste”.

  4. La Vieille
    18 août 2008

    Et le clip avec ses arabesques et d’une grande finesse et très poétique. Chapeau l’Artiste

Les commentaires sont fermés