Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Les policiers musulmans entre objection de conscience et interdiction professionnelle?

Polémique aujourd’hui, à  Londres, à  propos d’un agent de police qui a sollicité et obtenu une dispense de tour de garde devant l’ambassade israélienne, en raison du fait qu’il ne sentait “pas à  l’aise” dans cette mission: il est musulman, sa femme est libanaise, son père syrien. Si, sur le plan quotidien, il est parfaitement raisonnable entre collègues de trouver des accomodements pour tenir compte de circonstances personnelles, à  partir du moment où l’affaire est divulguée c’est la question de principe qui prédomine et il est évidemment inacceptable d’entrer dans une telle logique. Au demeurant, il ne lui était pas demandé de bombarder le Hezbollah, mais bien de protéger une ambassade accréditée et le public londonien qui ne manquerait pas d’être touché en cas d’attentat.

Mais ce qui me frappe davantage, c’est qu’on a au moins échappé à  l’inverse, qui aurait été aussi sinon plus scandaleux: que ce soit à  l’initiative de ses supérieurs, regardant un agent musulman comme un risque de sécurité pour une mission telle que celle-ci, qu’il ait été muté d’office[1]. Ce qui ne veut pas dire que cette pensée n’a pas effleuré ceux qui ont eu à  se prononcer sur la demande…

Notes

[1] Au demeurant, certains lecteurs un peu échauffés de Ludovic sont probablement chaudement partisans d’une telle politique!

5 commentaires

  1. Don
    6 octobre 2006

    S’il devait intervenir dans une échaffourée où un juif est clairement molesté par des arabes, quelle serait son attitude alors ? A prtir de ce fait, il devient impossible de faire confiance à  la neutralité de la police londonienne dans le cadre de la répression de la violence.

  2. 6 octobre 2006

    Sur ce genre de sujet, il faut absolument s’accrocher très fermement à  ce que sont les bases de notre démocrtaie, et ce n’est pas toujours facile. En ne prenant pas l’initiative que tu évoques, les supérieurs du policier en question ont en effet su le faire

  3. 6 octobre 2006

    @Don: déduire une telle conclusion d’une simple anecdote me semble pour le moins excessif… Ce débat permet au contraire de rappeler de manière claire les exigences (indéniablement contraignantes) qui s’imposent aux policiers dans l’exercice de leur fonction. Comme il est tout aussi important que la diversité de la population se retrouve dans la police: musulmans… ou gays!

  4. Heraclite
    6 octobre 2006

    Et un policier gay qui garderait l’ambassade d’Arabie saoudite où la sodomie est punie de la peine capitale ? serait-il à  l’aise. J’aimerais beaucoup voir ça, et j’insisterais pour que les bases de notre démocratie soient respectée car à  l’inverse on ne pourrait plus faire confiancer à  notre police hein

    Quant à  Don, sa partialité est évidente, je pense que le cas de figure le plus probable serait qu’un barbu se fasse aggresser par les gardes de l’ambassade.Et c’est sans doute dans cette éventualité plus réaliste qu’un policier musulman a préféré ne pas être posté là  et que l’on ne puisse pas lui reprocher sa partialité en intervenant.

    â–º Curieux: la même connexion IP a laissé en l’espace de 10 minutes ce commentaire ainsi que trois autres, sous quatre pseudonymes différents…

  5. Don
    6 octobre 2006

    Ce serait pour moi la même chose si un policier juif refusait son tour de garde devant l’ambassade d’Iran au prétexte que ce pays soutient très activement le Hezbollah et que des membres de sa famille vivant en Israël risquent d’en être victime. Cela veut dire pour moi que certains agents de l’état ne vous protègent que si vous correspondez à  certains critères qui leur sont propres.

Les commentaires sont fermés