Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Commerce équitable

CopenhagueDe retour après quelques jours passés dans une capitale scandinave encore plus propre qu’en Suisse alémanique, je suis bousculé par cet article de spiked qui descend en flammes le commerce équitable à  partir d’un film sur le sujet.

Coïncidence ironique, Migros-Magazine consacre un article à  Paola Ghilanni, celle qui fut Madame Max Havelaar en Suisse, la plus charismatique des directrices de cette Fondation pour le commerce équitable. On ne saura jamais vraiment pourquoi elle dut démissionner… peut-être ses méthodes – couronnées de succès – furent-elle jugées trop agressives et pas assez éthiques. (Même l’agence tiers-mondiste InfoSud en est réduite à  déplorer un manque de transparence en contradiction avec la raison d’être d’une telle fondation.)

L’article de spiked en tout cas semble indiquer que le commerce équitable ne sert qu’à  flatter la bonne conscience occidentale. Par exemple, les producteurs bénéficiant d’un label du commerce équitable n’ont pas le droit de se mécaniser, donc d’augmenter leur productivité. Et l’obligation que certains auraient de cultiver selon des principes bio n’irait pas non plus dans le sens d’un enrichissement. Bon, je n’y connais pas grand chose, alors peut-être que tout cela n’est que calomnie et que le film a l’honnêté et la rigueur d’un Michael Moore.

A noter que dans un article précédent, InfoSud, aussi plein d‘a priori idéologiques soit-il, mettait le doigt sur les paradoxes du commerce équitable, en donnant la parole à  une chercheuse de Institut Universitaire d’Etudes du Développement de Genève, qui a interviewé des représentants des Magasins du monde, “partisans d’un commerce équitable sans concession (qui ne joue pas le jeu de l’économie traditionnelle)”. Pour ces derniers, “le succès commercial du champion mondial du label équitable est la preuve même d’un dérapage éthique”. Mais qu’est-ce qu’une entreprise commerciale qui ne vise pas le succès? De la charité, de la propagande ou les deux. Autre exemple de perversité (aux yeux de la chercheuse): le miel équitable vendu moins cher que le miel suisse, qui constitue une concurrence déloyale. Mais là , je ne vois pas tellement le problème, puisque les produits non équitables sont vendus en principe encore moins chers. Serait-ce que nos produits sont désavantagés de ne pouvoir bénéficier du label “équitable”? De quoi faire encore rire quelques vaches face à  la bovéisation qui menace (par pochoir interposé).

4 commentaires

  1. Je me permets de mentionner un billet d’Econoclaste sur ce sujet de l’efficacité économique du commerce dit “équitable”. Stimulant.

    Pourquoi le prix du café équitable baisse-t-il ?

  2. Guillaume Barry
    15 mai 2006

    Je dirais même plus: très stimulant (c’est le cas de le dire), en effet, de même que cet article d’Antoine Belgodère donné en lien.

  3. 15 mai 2006

    C’est quoi l’équité du commerce ?

    Le ministre des PME, du Commerce et de l’Artisanat a lancé un dispositif de reconnaissance officielle du commerce équitable. La loi avait déjà  amorcé ce mouvement, mais les définitions proposées sont encore bien vagues. Le progrès est dans la…

  4. Commerce équitable ?

    Le mouvement du commerce « équitable », qui se décline dans ces magasins qui offrent des produits provenant des différents pays du Tiers-monde, est le petit chouchou de milliers de progressistes de par le vaste monde. Alex Singleton,…

Les commentaires sont fermés