Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Après le mariage pour les gays, le partenariat pour les hétéros

Une institution symbole de l’égalité reconnue aux couples de même sexe dévalorisée par son appropriation hétéro

La Cour suprême britannique a reconnu1 le droit d’un couple hétéro de choisir la voie du partenariat civil plutôt que celle du mariage civil2. C’était en fait inévitable depuis que la coalition Cameron-Clegg, par pur opportunisme politique, a bâclé sa loi instituant le “mariage pour tous” (Marriage Equality en anglais) en négligeant de régler ce qui devait advenir du Civil Partnership.

Celui-ci, introduit en 2004 par le gouvernement travailliste de Tony Blair3, était conçu à l’intention des couples de même sexe comme un parallèle absolu du mariage civil pour les couples de sexe opposé. Il suivait l’exemple du pionnier mondial, le Danemark, dont l’innovation socio-juridique en 1988 (il y a tout juste 30 ans) a immédiatement été imitée dans de nombreux pays. Fortement combattue à l’époque, l’institutionnalisation des couples de même sexe est désormais si bien reconnue que nombreux sont qui franchissent le pas d’une dématrionalisation du mariage, que ce soit par dogmatisme égalitaire judiciaire comme aux Etats-Unis ou par volonté politique comme dans certains pays d’Europe.

Querelle de vocabulaire, avant tout. Mais en négligeant de clarifier la situation, le gouvernement britannique créait une nouvelle inégalité: les couples de même sexe avaient désormais le choix, pour le même résultat4, entre partenariat civil et mariage civil. Intolérable inégalité pour les hétéros, ont proclamés les “indignés” professionnels et autres avocats désireux de se faire un nom. L’un de ces derniers a fini par trouver des clients prêts à jouer le jeu.

Mais le résultat des courses, c’est que les milliers de couples de même sexe qui depuis 2005 se sont liés par un partenariat civil se trouvent déclassés d’un coup, désormais relégués en deuxième ligue par le caprice d’hétéros désireux de formaliser leur relation par ce qu’ils considèrent, et revendiquent, comme un mariage au rabais.

  1. A la veille de la Pride, comme il convient. []
  2. La décision a été prise à l’unanimité. []
  3. Qui avait déjà aboli l’infâme Section 28 homophobe  voulue par le gouvernement Thatcher, et autorisé l’adoption par des couples de même sexe. []
  4. Ce n’est pas comme en France où il n’est pas absurde maintenir le Pacs, institution offerte tant aux couples de même sexe qu’aux hétéros, à côté du mariage “pour tous” car il n’offre absolument pas les mêmes droits et garanties que ce dernier. []