Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Election du Procureur général de Genève

La gauche narcissique a pu pousser son cri

album_13-4-14Un scrutin inhabituel trouve sa conclusion ce dimanche dans la République et canton de Genève: l’élection du Procureur général, qui est non seulement le patron du Parquet1, mais aussi l’incarnation du troisième pouvoir de l’Etat: présidence de la Commission de gestion par laquelle s’exerce l’autonomie administrative et financière du pouvoir judiciaire et représentation vis-à-vis des autres pouvoirs.

Voir ici la documentation officielle envoyée aux électrices et électeurs, et le détail du résultat – et la traditionnelle galerie des affiches2.

Si dans d’autres cantons les magistrats du pouvoir judiciaire ne sont nullement sujets à une élection populaire, à Genève le système est en quelque sorte mixte: en principe la magistrature se coopte sous la surveillance des partis, par l’intermédiaire d’une “commission judiciaire interpartis” purement informelle. Le renouvellement des mandats, tous les six ans, est du ressort du peuple – mais seulement pour les juridictions où un accord pour une élection tacite n’a pas été possible. Les élections partielles (donc les mouvements à l’intérieur de la magistrature) sont, elles, du ressort du Parlement (et le plus souvent tacites).

Un grain de sable, un caillou dans le soulier est donc possible facilement… L’affrontement d’aujourd’hui entre le Procureur sortant, de droite, et la candidature de combat d’un avocat de gauche, qui n’avait rien à perdre à se faire connaître, est surtout intéressant sous l’angle de la traditionnelle divergence entre la raison qui motive la gauche réformiste et de gouvernement et l’émotion qui habite la gauche narcissique et d’opposition.

Les socialistes et les Verts ont estimé ne pas devoir contester la réélection du Procureur sortant, qui fait son boulot, et ne pas soutenir un franc-tireur sans expérience de la magistrature et encore moins de la gestion. L’extrême gauche et les individualités peu sensibles à l’utilité d’une certaine discipline dans l’action collective (jusqu’à la présidente des Verts!) n’ont pas manqué l’occasion de se poser en témoins prophétiques: une religiosité politique qui se manifeste régulièrement à gauche, pour se faire plaisir et en n’ayant cure du fait qu’elle ne contribue en rien l’avancement des causes qu’elle prétend défendre…

  1. Dont il ne choisit cependant pas les membres, issus de tous les partis – le rattachement partisan des magistrats pouvant être des plus formel ou lointain, voire purement opportuniste. []
  2. Merci Martin! []