Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Demain, le Parlement élira un conseiller fédéral démocrate-chrétien

Dernière mise à  jour: 10.12.08, 16h30

Cette nuit, le (tout petit) monde politique fédéral entre en transe: demain, on élit un nouveau membre du collège gouvernemental pour remplacer le démissionnaire Samuel Schmid. Et dans une démocratie suisse imperméable à  la confrontation idéologique (ou prétendument telle) dont les autres pays occidentaux sont friands, c’est un rituel magique haut en couleurs et en surprises, plus proche en vérité de l’élection d’un pape par la Curie.

D’un autre côté, on peut penser que les parlementaires voudront calmer le jeu après les bouleversements récents: chantage réussi à  l’élection, en lieu et place d’une conseillère fédérale démocrate-chrétienne qui se représentait, du leader populiste Christoph Blocher, il y a 5 ans, suivi il y a un an du déboulonnage de celui-ci pour incompatibilité d’humeur avec l’esprit des institutions, au profit d’une coreligionnaire qui a pris depuis la tête d’un parti dissident (et moins extrémiste)…

Le résultat qui serait logique et ferait rentrer dans un semblant d’ordre le monde politique suisse serait l’élection d’Urs Schwaller, un parlementaire démocrate-chrétien alémanique du canton de Fribourg respecté et doté d’une solide expérience gouvernementale. Alors serait rétablie, actualisée, la “formule magique” d’un Conseil fédéral composé de manière proportionnelle par 4 partis qui, sans un accord de coalition contraire à  la tradition suisse en raison de la prééminence de la démocratie directe sur les appareils politiques, ont néanmoins suffisamment en commun pour chercher ensemble les compromis pragmatiques susceptibles de réunir des majorités parlementaires solides (= résistant en cas de vote populaire aux séductions de référendaires ou d’initiants désireux de tirer la couverture à  eux). Le signal donné l’an dernier en démettant Blocher serait ainsi simplement confirmé, et le parti populiste n’aurait plus qu’à  se replier sur sa rente (narcissiquement coquette, au demeurant) de parti d’opposition de droite.

Mais personne n’en parle: les candidats officiels sont d’une part, pour le parti populiste, un choix composé de Christoph Blocher lui-même (sans illusion) et de son homme-lige, Ueli Maurer, d’autre part, le candidat alternatif Luc Recordon (Vert vaudois). Et aussi aberrant que cela puisse paraître, alors même que le parti blochérien en désarroi n’est pas parvenu à  concrétiser ses menaces d’opposition totale impliquant une politique du pire simplement intenable tant pour ses élus que pour son électorat, radicaux, démocrates-chrétiens et même socialistes ne paraissent avoir qu’un souci: considérer l’épisode Blocher comme une parenthèse et faire amende honorable en élisant Maurer un blochérien.

Comme si cela allait faciliter les choses: pour soulever deux problèmes, un Conseil fédéral éclaté entre 5 partis (dont deux, le parti blochérien et le PS, sont naturellement tentés de jouer sur les deux tableaux du gouvernement et de l’opposition), et un jeu permanent de chaise musicale entre les quatre grands partis pour savoir lesquels auront ou n’auront pas deux conseillers fédéraux. On saura demain si tout cela n’était que superstition et intox, ou si réellement un gâchis complet résultera des petits calculs minables des uns et des autres: un Conseil fédéral faible et divisé pour plaire aux socialistes, un Conseil fédéral sans deuxième PDC pour plaire aux radicaux, un Conseil fédéral sans deuxième PDC parce que les PDC n’osent pas oser une deuxième fois. Et le parti populiste, y gagnera-t-il vraiment, passé la satisfaction d’avoir tourné les autres partis en ridicule? C’est loin d’être sûr. Car Maurer a beau être le “fils préféré”, il n’a sûrement pas l’orgueil solitaire et méprisant inouï d’un Blocher: il ne saura pas résister comme lui aux sirènes du pouvoir exécutif et de ses compromissions. Finalement, l’élection de Schwaller ferait aussi l’affaire du parti blochérien…

COMPLEMENT DU 10.12 à  11h: C’est donc Maurer. Non sans suspense même s’il n’avait guère de signification politique: d’une seule voix, au troisième tour, contre un coreligionnaire qui n’était pas candidat mais le menait, au tour précédent, de deux voix!

COMPLEMENT DU 10.12 à  16h30: La tentative de faire dérailler le train Maurer a donc failli réussir, même si son objectif manquait de franchise et d’ambition. En élisant un parlementaire populiste aussi orthodoxe que possible[1] alors que le parti blochérien a clairement dit qu’il ne le tolérerait pas, on aboutissait à  deux résultats possibles: soit il finissait par accepter et l’on aurait vu “qui commande ici”, pour reprendre le mot de Yann Richter après l’élection d’Otto Stich en lieu et place de Lilian Uchtenhagen, soit la partie se serait rejouée le mercredi suivant, comme après le refus contraint et forcé de Francis Matthey d’accepter son élection en lieu et place de Christiane Brunner. Le parti populiste n’ayant vraisemblablement pas de Ruth Dreifuss à  sortir de son chapeau, c’était soit au Parlement de manger le sien en finissant par élire Maurer, soit le moment d’élire alors en toute bonne conscience Urs Schwaller, démonstration faite que le parti blochérien n’est pas fréquentable. Le résultat paradoxal d’aujourd’hui, c’est qu’il n’y a guère de voix d’extrême gauche, verte ou socialiste qui ne se soit pas portée sur un populiste orthodoxe, alors qu’en période normale elles se détournent de candidatures radicales ou démocrate-chrétiennes parfaitement honorables…

Notes

[1] C’est la grande différence par rapport à  l’an dernier.

Un commentaire

  1. 11 décembre 2008

    Ce qui va être intéressant, c’est de savoir si cela va fonctionner comme un précédent, surtout si l’UDC réussit dans quelques temps à  placer un deuxième élu “officiel” sous pression.

    La question sera de savoir si les autres partis acceptent que leurs candidats officiels soient soumis au risque du parlement, alors que ceux de l’UDC y sont soustraits.

    Si l’UDC ne revoit pas ses statuts et que les autres partis acceptent ce déséquilibre, on arriverait à  une “nomination” des conseillers fédéraux en lien et place d’une “élection”. Ce serait un changement qui pourrait transformer considérablement la politique suisse….

Les commentaires sont fermés