Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Présidentielle: étrange douzaine

Ainsi donc ils sont tout de même 12 à  avoir obtenu les 500 parrainages d’élus leur permettant d’être candidats à  l’élection présidentielle française, sur au moins 30 qui ont essayé. Exit par exemple, à  gauche, Pierre Larrouturou, à  droite, Edouard Fillias. Etrange prisme qui conduit plus de 2500 élus à  soutenir cinq candidats d’une gauche qui ne s’intéresse pas aux responsabilités[1] (Bové, Buffet[2], et un pour chacune des trois principales chapelles du trotskysme français: Besancenot pour la LCR, Laguiller pour LO et Schivardi pour le PT) mais n’en trouve pas 500 pour soutenir un représentant d’une droite libérale ou libertarienne[3]: la droite traditionnelle a décidément été unifiée par Sarkozy le caméléon. Sur ses marges, on trouve le candidat de Chasse, pêche, nature et traditions[4] et deux frères ennemis issus du giscardisme, Bayrou l’Européen[5], qui cherche à  se détacher sans pour autant rallier la gauche, et de Villiers le souverainiste, qui campe entre Sarko et Le Pen: espérons qu’il prendra plus de voix à  ce dernier que Mégret il y a 5 ans…

Notes

[1] Contrairement aux Verts de Dominique Voynet.

[2] Dans la phase actuelle de ce qui reste du PCF.

[3] Croire que Sarkozy se découvrira libéral est un pari au moins aussi audacieux que le mien sur Royal se révélant blairiste ou même simplement sociale-démocrate.

[4] Curieux lobby, correspondant à  un vrai clivage contemporain mais qui ne me paraît pas avoir la représentativité ni l’impact de la Coutryside Alliance britannique par exemple.

[5] Mais pas suffisamment sûr de lui (ou de l’Europe) pour accepter que la Turquie adhère à  l’UE…

5 commentaires

  1. Passant
    20 mars 2007

    Enfin, bon, Larrouturou était quand même le seul candidat de gauche à  appeller à  voter Ségolène Royal dès le pemier tour, avec d’ailleurs plus d’enthousiasme que le reste du parti socialiste. Et par ailleurs, Voynet est le candidat de ceux, nombreux au sein des Verts, qui pensaient qu’il ne fallait surtout pas que les Verts présentent à  la présidentielle un candidat qui puisse gêner le candidat du parti socialiste.

    Sur ce point, les Verts auront largement atteint leur objectif de campagne, au point de voir 4 électeurs aux sympathies écologistes sur 5 préférer un autre candidat à  celui des Verts au plus fort de la campagne. Tel est donc le réel problème des verts français : ce sont des socialistes qui ont du mal à  assumer leur absence de recul idéologique.

  2. 20 mars 2007

    En fait pour les libéraux, cette élection présidentielle française se présente plutôt bien… 7 candidats socialo-trotsko-marxistes, 3 nationalo-poujadistes et 2 conservateurs adeptes du capitalisme d’état. Un vrai bonheur ! Et quand on pense qu’Edouard Fillias a décidé de soutenir Bayrou dès le premier tour… La seule bonne nouvelle politique de ces dernières semaines c’est le résultat du référendum Suisse sur la mise en place d’une sécurité sociale ! Enfin des gens qui ne sont pas fous. Au passage, on aurait pu croire que le débat suisse ferait tâche d’huile en France mais nada ! c’est à  peine si les médias en ont parlé. La France reste assise sur ses certitudes méprisantes…

  3. Le blog de Stéphane m’a fait découvrir [Campagne buissonière|http://www.lepoint.typepad.fr/campagne_buissonniere/, un blog de Nicolas Baverez qui semble intéressant!

  4. X
    20 mars 2007

    Le soutien de Filias à  Bayrou me semble tout à  fait logique. Sarkozy se révèle effectivement le candidat de la relance de la France par la dépense publique (armement, atome, recherche sur l’armement et l’atome). Royal se révèle la candidate de l’ajustement conjoncturel permanent et de la redistribution aux corporatismes de tous poils. Seul Bayrou renonce aux si coûteux chantiers pharaoniques et plaide pour des ajustements structrels mesurés (par exempel, l’arrêt du subventionnement de la culture du maïs irrigué) : c’est donc, et de loin, le candidat le plus crédible pour la réduction des déficits publics et de la pression fiscale.

  5. Bayrou serait un candidat crédible ? C’est bien mal le connaître. C’est d’abord le moins libéral des trois. Le plus démago aussi et certainement le plus étatiste. Mais aucune crainte, cette “baudruche médiatique anti-système “est en train de se dégonfler.

    Prendre des voix à  Le Pen, c’est le but ultime de tout un (gros) paquet de français qui sont manipulés. Car cet homme est loin d’être un être humain. Un condensé de Pol Pot, Hitler et autres tortionnaires devant l’Eternel; Je suis persuadé à  votre ton que si vous l’aviez en face de vous, vous qui ne le connaissez que par ouidires, vous préféreriez serrer la main d’un porteur avéré de la grippe aviaire qu’à  un tel monstre. j’en frémis que d’écrire son nom …..

    Pour moi comme beaucoup de français, voter Le Pen ce sera enfin mettre un terme à  30 de gouvernance sociale démocrate létale pour notre pays et à  cette désinformation qui semble vous faire perdre votre capacité d’apprécier les choses à  leur juste valeur.

Les commentaires sont fermés