Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Bêtise: d’aucune n’y alla pas par DE quat(T)re chemins

En France, nombre de critiques à  l’égard de Ségolène Royal ont été ressenties (ou retournées à  leur auteur) comme des sarcasmes adressés à  la femme en elle. Dans le canton de Vaud, Jacqueline de Quattro, candidate radicale à  l’exécutif (blonde, de surcroît) suscite le même type de polémique. L’affaire paraît se corser particulièrement quand la remarque émane d’une autre femme politique, intouchable à  cet égard: pour la socialiste Yvette Jaggi, pensez Simone Veil ou Marie-France Garaud commentant Royal…

Dire d’une candidate à  une élection à  un exécutif cantonal qu’elle a dit des bêtises est peut-être brutal et expéditif[1], mais n’est évidemment pas sexiste. Dire qu’elle pourrait être sauvée par l’effet femme non plus. Simplement invérifiable. Ce n’est pas dire: elle sera élue parce qu’elle n’a aucune autre qualités que d’être une femme. C’est dire: elle sera élue parce que les électeurs voudront avoir une femme dans l’Exécutif. Ou encore: elle sera élue parce qu’ils n’oseront pas ne pas voter pour une femme (pour ne pas passer pour machistes). Mais ce propos ne pouvait qu’être mal compris, c’est donc contre-productif. Peut-être une bêtise?

Lire ici, ici et ici pour se limiter au Matin.

Préambule ajouté à  12h30

Notes

[1] Surtout si on se refuse à  dire pourquoi.

Un commentaire

  1. 7 mars 2007

    Moi quand je lis “d’une droite qui fait bloc, même si la candidate radicale lui pose problème à  force de dire des bêtises”, j’entend pas forcément que c’est Yvette Jaggi qui trouve qu’elle dit des âneries, mais plutôt une partie de la droite… Elle l’a d’ailleurs confirmé dans Le Temps du jour ! Mais comme toujours on n’en saura pas plus, parce que la remarque de Mme Jaggi aura eu au moins un effet : resserrer les rangs de la droite derrière Jacqueline de Quattro !

    Pour ce qui est de l’argument femme, autant espérer qu’elle soit élue pour ses compétences, parce que les élues dans les exécutifs sont souvent beaucoup plus sous pression que les hommes (auxquels, pour des raisons qui m’échappent, on pardonne beaucoup plus…)

Les commentaires sont fermés