Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Antiaméricanisme primaire

J’ai souvent trouvé de l’intérêt aux articles de Gérard Delaloye, dans L’Hebdo puis maintenant sur le magazine en ligne Largeur.com: il apporte une profondeur historique qui fait trop souvent défaut à l’information sur l’actualité (il se présente comme “journaliste et historien”). Mais son dernier papier, mis en ligne aujourd’hui sur Largeur.com, est pitoyable. Un billet estival se voulant sage et distancié, mais dont il sait parfaitement que le point de départ est fallacieux: s’indignant du “carnaval” de l’élection californienne et de la perpective de voir “Terminator” élu gouverneur, il rappelle que la démocratie est le pire des systèmes… après tous les autres et que l’Europe n’a pas vraiment de leçons à donner, des dictatures auxquelles elle a donné naissance jusqu’à Berlusconi. Ce que je trouve complaisant, c’est de jouer avec le préjugé anti-américain (tous des grands enfants) qui conduit à voir en Arnold Schwarzenegger, acteur de profession, le personnage qu’il incarne au cinéma: dira-t-on de Deneuve qu’elle est une pute à cause de son rôle dans Belle de jour? Delaloye ne peut ignorer (c’est son métier à lui) que Schwarzenegger est de longue date un Républicain modéré, déjà associé à l’administration de Bush père, et qui s’est signalé depuis 8 ans par une fondation en faveur du développement éducatif d’enfants des milieux défavorisés; il a été l’un des piliers d’une initiative populaire en faveur des activités extra-scolaires, la proposition 49, approuvée l’an dernier en Californie. Tout cela n’en fait pas vraiment un monstre de foire en politique.