Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

"Initiative de Genève"

On annonçait Bill Clinton, ce fut Jimmy Carter qui vint en personne porter sur les fonts baptismaux le projet de traité négocié par des personnalités israéliennes et palestiniennes. Son originalité: mettre les points sur les i, écrire noir sur blanc et dessiner sur des cartes les modalités de la coexistence entre l’Etat d’Israël et le futur Etat de Palestine telles qu’elles ont, de fait, été dégagées lors des négociations Barak – Arafat à Camp David et à Taba, sans plus tourner autour du pot. Après la Constitution par traité international (pour l’Union européenne) ce texte pourrait bien donner lieu lui aussi à une nouveauté dans les formes juridiques: le traité virtuel qui finira par être imposé aux parties par la communauté internationale, avec occupation militaire pour en garantir l’exécution tout en rétablissant l’ordre et la sécurité que tant les Israéliens que les Palestiniens sont dans l’incapacité d’assurer. Reste à savoir si l’Etat de Palestine sera le Hong Kong du monde arabe, ou si l’Etat d’Israël est condamné à être son Taïwan.

La Suisse a eu ici une occasion de renouer avec un rôle de facilitateur, de lieu de rencontre, que la disparition de l’affrontement est-ouest lui avait fait perdre, et la ministre des affaires étrangères, la socialiste genevoise Micheline Calmy-Rey, par tempérament pragmatique et médiatique, entend bien en tirer le maximum. Tant la Télévision suisse romande que SwissInfo ont mis les grands moyens pour couvrir l’événement, non sans quelques embarrassants cocoricos, tel ce titre: “Genève offre son plan de paix au monde”.