Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Elections en Irak

En relation avec la polémique sur la tenue d’élections en Irak, Norman Geras, répercuté par InstaPundit, s’interroge sur la mauvaise volonté apparente de l’administration onusienne: comme il le souligne, les décisions politiques ont en effet été prises et toute réticence devrait avoir pris fin depuis le vote de la résolution 1511.

La question des élections et du transfert de souveraineté me paraît toutefois plus complexe. La querelle porte actuellement d’une part sur le terme fixé à juin et d’autre part sur la nature des élections. Le leader spirituel de la majorité chiite qui organise les manifestations réclamant des élections générales d’ici juin se donne le beau rôle… mais les considérations pratiques ne sauraient être ignorées, qui portent à la fois sur les conditions matérielles de telles élections et sur les modalités politiques à retenir.

Une élection indirecte dans un cadre régional, tel que paraît l’envisager l’autorité provisoire de la coalition, me paraît moins préjuger des futures institutions que pourra se donner l’Irak, et être aussi démocratique (voire en réalité davantage) qu’une “élection générale”, si cela doit signifier une campagne électorale troublée, un vote incontrôlable et un système électoral simpliste ne permettant pas l’expression de la variété politique, religieuse et ethnique de la population.

Dans ce contexte (et par-delà le caractère timoré de son engagement sur place), l’ONU paraît actuellement appuyer la prudence de la Coalition, alors qu’on imagine volontiers De Villepin prendre fait et cause pour la revendication d’élections immédiates… Le vrai danger c’est que le terme de juin, et le calendrier électoral américain, ne conduisent à précipiter des décisions maladroites, dont les conséquences seront difficilement réversibles.