Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Quatre manières d’appeler les choses par leur nom

Exemple 1. Le Matin Dimanche comme prévu revient sur l’affaire du blog qui fâche: article et édito. Et demande naturellement à  untel ou untel ce qu’il pense. Il y a l’inévitable sondage dont les derniers résultats sont à  l’opposé de ce qui est annoncé dans l’article. Il y a “l’avocat libéral et polémiste Charles Poncet” qui diagnostique “la schizophrénie des Romands, qui sont très contents qu’on emploie un autre ton, mais qui ne veulent surtout pas qu’on en fasse trop. C’est pour cela que nous sommes le pays de la langue de bois.” Déjà  que pour la modestie, y en avait point comme nous. Mais la langue de bois et la modestie ne vont-elles pas très bien ensemble? Et comment interpréter la requalification sémantique que Poncet applique à  l’expression qui a visiblement frappé le plus les journalistes (alors qu’il y avait bien plus insultant à  mon avis): “Dire d’un homme politique qu’il est un con pathétique n’a rien d’une attaque personnelle, c’est un jugement de valeur.” Habile retournement de situation? Ou sophisme qui pourrait être médité par les lignilinguistes?

Exemple 2. Plus grave: le débat dans The Observer, pour savoir si la gauche doit rejoindre la droite pour qualifier l’islamisme radical de fascisme (et faire alliance contre cette menace). Au départ, il y a un article de Martin Bright, rédacteur-en-chef du New Statesman, incarnant donc la gauche.

Exemple 3. (Horti)culture urbaine. Est-ce une bonne chose de révéler au grand public la vie secrète de certains parcs? Mark Turner, toujours de The Observer, pense que oui, et il le fait ici – le prétexte étant fourni par la dernière apparition “publique” de George Michael. Mais il se livre à  une exposition et une réflexion magistrales, ni scabreuses ni racoleuses, en tant qu’histoire d’une certaine culture. (A l’opposé d’un journal gratuit romand qui avait récemment cru pertinent d’écrire sur le même sujet, mais c’était aussi abrupt que trivial.)

Exemple 4. Art contemporain. Pour entendre appeler un chat un chat d’une façon paradoxalement décalée à  12h45 sur la TSR et dans un contexte où on ne s’y attend pas, cliquer sur ce lien et télécharger la vidéo relative à  Exposition étonnante à  la Chaux-du-Milieu (NE) – 12.45 le journal (lundi 17 juillet 2006). A la fin du sujet (c’est très court), l’artiste commente sans prévenir le choix de la taille de ses figurines.

COMPLEMENT DE FRANCOIS BRUTSCH à  16h48: Le Matin peut bien se poser en donneur de leçon branché, mais quand il prétend donner l’adresse du site personnel du Carougeois François Longchamp, il envoie les internautes sur son homonyme de Saint-Prex

Un commentaire

  1. Le Matin me fait de la publicité, quelle gentillesse 🙂

Les commentaires sont fermés