Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Longchamp, Maudet et Doris Leuthard, ou: comment "Un swissroll" s’est fait griller un scoop

Le 19 juin 2006, Guillaume Barry google “Doris Leuthardt”, élue le 14 au Conseil fédéral. Mais le plus précieux, qui n’a pas été utilisé pour ce billet, se trouvait au détour de la 44e entrée:

Skyblog de legoutdelavenir : Le goût de l’avenir
Intéressante conversation aussi avec un journaliste de la DRS qui m’a expliqué que Doris Leuthardt (tu sais, cette présidente du PDC suisse qui vantait …
www.skyblog.com/blog.php/legoutdelavenir – 29k – Résultat complémentaire – En cache – Pages similaires

Casa RadicalAllant voir, par curiosité obstinée plus qu’autre chose, Guillaume tombe sur le Graal. Ou plus précisément le “Blog commun PM-FL”, illustré de la photo d’une Casa Radical Emilio Badia sud-américaine: 26 billets entre un jour d’avril et le 7 juin 2005, tous mis en ligne le 11 juin 2005 (et plus touchés depuis). Il n’a pas de peine à  reconnaître notre ami commun Pierre Maudet, éphémère contributeur de ce blog, et l’un des membres actuels du gouvernement genevois, François Longchamp (dont les noms n’apparaissent qu’au détour d’une citation de L’Hebdo).

Nous l’avons lu avec jubilation, dégustant chaque perle et nous émerveillant de la vigueur des propos. J’ai bien sûr tout copié par sécurité. Et nous nous sommes demandés quel meilleur parti en tirer. Les faire chanter? Notre silence devait au moins nous valoir un dîner en intéressante et distrayante compagnie… Ou sortir le scoop sur Un swissroll? Plus cynique que Guillaume, je l’aurais volontiers fait sur le thème “ce que ne doit surtout pas être un blog de politiciens”. Las, nous avons cru bêtement avoir le temps d’attendre le retour d’Italie de Pierre Maudet, à  la rentrée, pour en parler avec lui…

Et c’est Le Temps de ce matin qui révèle qu’en 2005, ceux qui étaient alors le président et le vice-président du “grand vieux parti” genevois, le parti radical, ont tenu une ébauche de blog en forme de journal de campagne. Les auteurs s’y révèlent fidèles à  eux-mêmes et à  leur mentor, Guy-Olivier Segond[1]: bitchy, gossipy, arrogants, égocentriques, mais aussi visionnaires et ne se prenant pas (trop) au sérieux. La sincérité des perfidies relatives aux amis et alliés comme à  Dominique von Burg, le rédacteur en chef du principal quotidien local, est d’ailleurs attestée par les rares compliments troussés à  l’égard d’adversaires. Bref, ils ont écrit en ligne ce que tous les politiciens racontent d’ordinaire seulement à  ceux qui font partie du même marigot et que leurs confidences mettent en joie: leurs amis politiques (les autres, s’ils en ont, ne sont pas intéressés), les hauts fonctionnaires et les journalistes (off the record bien sûr). C’est Mitterrand confiant, à  propos de Margaret Thatcher: “Elle a les yeux de Caligula et les lèvres de Marylin Monroe”. Seulement cette fois c’était sur un blog, et pas démentable comme du Franz-Olivier Giesbert[2]….

Outre le choix aussi improbable que risible (ou était-ce pour faire “djeunz”) de SkyBlog comme plate-forme, l’erreur principale a été celle de la forme de la “correspondance” entre les deux auteurs (comme Le Temps rebaptise avec justesse les billets publiés, qu’il met en ligne en intégralité): or la connivence, le sous-entendu, l’allusif, ou alors l’outrance, qui font le charme de la conversation entre gens qui se connaissent (ou des mails avec un proche, aussi bien pour se défouler que pour l’amuser), est l’ennemie résolue du blog, qui lui s’adresse à  un public: c’était le grand oublié de nos duettistes, trop occupés à  se faire plaisir[3]. Ironiquement, ce blog est représentatif du plus grand nombre des blogs: ceux qui sont abandonnés à  peine ouverts…

Avec ce blog, Longchamp et Maudet illustrent d’autres caractéristiques communes à  la plupart des politiciens: la certitude de tout faire mieux que personne, la difficulté à  savoir utiliser les compétences que l’on devrait dès lors reconnaître à  autrui (à  moins que ce soit l’incapacité à  faire confiance à  quiconque, mais ce n’est qu’une variante de ce qui précède), la faible capacité d’écoute… Car si Maudet n’a toujours pas donné suite aux velléités de créer son propre blog dont nous avions parlé ensemble, si j’avais adjuré Longchamp de faire un blog de campagne, si j’avais encore travaillé dans ce sens un de leurs “seconds couteaux” et que j’avais été informé que la formule retenue était celle d’un blog à  deux auteurs, j’avais attendu en vain que cela sorte (et n’avais pas manqué d’ironiser sur leur inconstance); l’excès de mon prosélytisme a dû leur faire peur!

Notes

[1] Ancien membre du gouvernement genevois, ancien parlementaire fédéral et ancien futur candidat au premier siège suisse à  la Commission européenne, qui est à  la politique genevoise et suisse ce que Peter Mandelson est à  la Grande-Bretagne.

[2] En vrai pros, nos compères ont immédiatement dit à  la journaliste qui leur annonçait avoir découvert leur secret: “J’assume!”, tout en le mettant enfin hors ligne hier à  17h.

[3] Mais n’est-ce pas au fond une des caractéristiques des SkyBlogs?

7 commentaires

  1. 27 juillet 2006

    Forum (RSR) : Les Blogs et la politique

    “Le blog qui défie Genève” titrait hier (mercredi 26 juillet 2006) le journal Le Temps. L’objet ? Le «carnet de campagne» publié à  l’été 2005 par deux politiciens genevois radicaux, François Longchamp (actuel conseiller d’Etat) et Pierre Maude…

  2. 27 juillet 2006

    J’ai tout de même l’impression que la vie politique n’est profondément pas racontable dans un blog, du moins pas dans sa réalité, faite parfois de coups bas, de tracasseries, de petits jeux politiques. Si les politiciens devaient se lâcher, cela serait de manière anonyme, non ?

    Je n’ai pas compris l’allusion à  Giesbert, dont je n’ai pas lu l’ouvrage.

  3. 27 juillet 2006

    C’est amusant de voir comment les analyses résistent au temps :

    Intéressante conversation aussi avec un journaliste de la DRS qui m’a expliqué que Doris Leuthardt (tu sais, cette présidente du PDC suisse qui vantait l’autre soir les mérites d’une alliance du PDC genevois avec la gauche…) allait exploser en vol d’ici peu, le temps que l’on s’aperçoive que son sourire n’allait pas suffire à  contenir longtemps les forces centrifuges du PDC.

    Cela me fait penser à  un dictionnaire de la politique française qui mentionnait en 1994 que Lionel Jospin était mort pour la politique…

  4. 27 juillet 2006

    @Jack 1: Quand je disais qu’il faut éviter l’allusif sur un blog! Je me référais au fait qu’il est repproché à  Giesbert de se faire une spécialité des citations entre guillemets fondées sur des confidences off the record, mais que ceux à  qui elles sont attribuées tendent à  démentir… Je ne sais pas si la phrase de Mitterrand était dans son bouquin sur lui, mais celle de Villepin pour qui la France “veut qu’on la prenne” est bien dans le dernier bouquin de FOG sur Chirac.

    Sur le fond: non, je pense qu’un politique peut et même devra de plus en plus bloguer. Mais pour raconter ce qu’il fait, ce qui le motive, et présenter aussi d’autres facettes, pas simplement pour faire des bons mots au détriment de ses adversaires (ou plus encore de ses amis).

  5. 27 juillet 2006

    Je suis d’accord avec toi sur le fait que les politiciens devront de plus en plus bloguer. Mais j’ai l’impression qu’un blog du type “voici mes convictions, je les écris ici au lieu de les écrire dans un journal” ne reflèterait pas ce qui se passe dans le monde politique. J’ai par exemple adoré – il faut que je revois cela d’ailleurs – le Génie helvétique pour voir justement les coulisses de la politique, les échanges, les accords qui sont parfois incroyables et contre-nature. Pour cela, un blog réaliste serait assez extraordinaire, non ?

  6. Bill
    28 juillet 2006

    Le problème avec les blog, c’est qu’il prétende être limpides, être un lien direct entre le peuple et ses représentants entre le client et l’entreprise, alors qu’il sont gérer par des boîtes de com’

    Celui de ces 2 députés qui si je ne m’abuse écrivaient sous des pseudos à  au moins le mérite d’être relativement transparent et sincère.

    Par contre si c’est à  refaire et s’ils savent que leurs entretiens confidentiels seront largement diffusés, je doute qu’ils se lâchent autant.

  7. 28 juillet 2006

    Ce n’était pas des pseudos mais leurs initiales. Mais, à  Genève, ils étaient immédiatement reconnaissables. Comme ce sont des grands garçons au courant de la technique moderne (peut-être que ce n’est pas le cas de tous leurs camarades de parti), je crois plutôt qu’ils se sont amusés à  faire exprès d’oublier que leur site était potentiellement accessible en tout temps au public.

Les commentaires sont fermés