Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Rectifications et autres précisions: parfois plus que des détails

Invité: l’ami Gauthier

Les médias deviennent de plus en plus réglo. Avant, les errata mettaient les choses sporadiquement au point fissa. Maintenant, on a inventé des chroniques laconiques récurrentes intitulées “Rectificatifs”, “Précisions” ou les deux à  la fois. C’est ma foi déontologiquement correct. Toutefois, quand lesdites rubriques grossissent à  l’envi, on se demande où nous mène cet excès de bonne foi. Parfois, c’est trop poli pour être honnête, comme par exemple dans la chronique du Monde daté du 21 juin 2006. Au milieu de huit ajustements de bidons, celui nommé République d’Irlande retient toute mon attention: “L’article nécrologique consacré à  l’ancien premier ministre irlandais Charles Haughey (Le Monde du 16 juin) contenait deux erreurs. Mme Maire Geoghegan-Quinn n’était pas l’ancienne maîtresse de Charles Haughey, mais l’un de ses anciens ministres. Le Monde lui présente ses excuses (…)”. L’intéressée saura gré au Monde pour cette précision plus que sémantique.

Lorsqu’on prend la peine (qui a ce courage obsolète?) de chercher sous la pile l’édition querellée et qu’on relit ladite nécro, on reste vertigo devant un tel quiproquo (j’en suis tout allitterrassé). Le mec Haughey a été un drôle de coco. En intro (j’arrête avec les allitérations, c’est promis) on le décrit comme “Admiré par son charisme et son efficacité électorale. Jalousé pour son style de vie somptueux et ses libertés prises avec la morale politique.” Plus loin on raconte que “Charlie (…) possède un manoir, un yacht, des chevaux de course, et même une petite île, toutes extravagances financées (…) via de multiples comptes secrets aux îles Caïman, par la générosité de riches hommes d’affaires amis.” Dès lors, le lecteur continental ne peut plus être surpris par la chute où apparaît la pauvre Moira (« Maire » ou « Moira » – Le Monde refuse de trancher, mais c’est vraiment un nom prédestiné) Geoghegan-Quinn avec ses rapports prétendûment étroits et plus que sulfureux avec feu le Premier ministre.

Un commentaire

  1. 23 juin 2006

    j’avoue avoir bien ri de la rectification – quant à  lui : nos hommes politiques ont encore du chemin à  faire – ou sont moins ostentatoires

Les commentaires sont fermés