Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

GB: deux points pour la blogosphère

Lors des élections britanniques, en mai dernier, j’avais noté que, contrairement à  l’élection présidentielle américaine, les blogs ne paraissaient pas avoir joué un rôle décisif dans le déroulement de la campagne; j’attribuais cela à  la plus grande diversité et réactivité des médias nationaux.

La récente campagne terroriste qui a frappé Londres a cependant occasionné deux situations dans lesquelles, manifestement, les médias traditionnels ont été contraints de compter avec les blogs.

  • La première, c’est la campagne récurrente contre le “politiquement correct” pervers de la BBC qui la pousse à  ne pas employer le mot “terroriste”, lui préférant des mots non connotés négativement comme “militants” ou, en anglais, “bombers”, dans le but explicite de ne pas offenser ceux-ci et ceux qui les soutiennent. Récurrente, parce qu’elle s’applique depuis une éternité aux crimes contre l’humanité commis au nom des Palestiniens et est relayée depuis longtemps sur de nombreux blogs, au premier rang desquels évidemment Biased BBC (voir en particulier ces deux billets d’Oliver Kamm). Mais voici qu’à  l’occasion des attentats du 7/7 la BBC s’est mise à  utiliser le terme dans son usage courant! Il me semble que c’est Norman Geras qui l’a remarqué le premier. Très vite, cependant, ces pages ont été remises à  l’ordre: les caches de Google ont permis à  Harry’s Place d’en faire la démonstration. Le Daily Telegraph, entre autres, s’est alors emparé du sujet.
  • Le second cas, c’est le militant islamiste extrémiste infiltré au Guardian dont il a déjà  été question ici. C’est Scott Burgess qui a levé le lièvre sur son blog Daily Ablution qui figure depuis longtemps à  notre blogroll, relayé en particulier par Harry’s Place, blog de gauche anti-totalitaire qui est l’un des blogs politiques les plus lus du pays. Là  c’est The Independant qui a vu l’occasion d’embarrasser son principal concurrent pour le lectorat gauche caviar intello.

A noter la manière particulièrement hypocrite et fielleuse dont The Guardian rend compte de la chose: il ne se reconnaît coupable que d’avoir omis de mentionner l’appartenance à  l’organisation Hizb ut-Tahrir, de l’intéressé (et pour cause puisque ce dernier l’avait dissimulée). Et, plutôt que de remercier ceux qui lui ont permis de faire respecter l’éthique du journal qui l’a conduit à  un licenciement, il s’emploie à  les salir autant que possible (gratuit, mais il faut s’enregistrer), présentant Burgess (qui ne semble pas l’avoir encore remarqué) comme un aigri jaloux et disqualifiant ceux qui se sont indignés comme des Américains de droite, en se gardant bien de mentionner Harry’s Place:

Scott Burgess, a blogger from New Orleans who recently moved to London, spends his time indoors [en des termes moins choisis: ce n’est qu’un branleur, Américain de surcroît; on n’est pas loin du méprisant “ces gens qui bloguent en pyjama” qui avait réjoui les blogueurs qui avaient révélé une manipulation indigne de CBS dans une émission animée par Dan Rather] posting repeated attacks on the Guardian for its stance on the environment, its columnists such as Polly Toynbee, and its recent intervention in the US presidential election campaign.

He pitched into Mr Aslam, who as it happened, beat him to the traineeship on the Guardian.” [Personnellement, je trouve plutôt délicieusement burlesque que Scott ait tenté de pousser le Guardian dans les derniers retranchements de sa foi dans la “diversité” par sa candidature; c’est bien évidemment son positionnement idéologique qui l’a conduit à  déceler plus facilement que la hiérarchie du Guardian la manipulation dont celui-ci était victime, plus que le seul ressentiment qu’il ait été engagé à  sa place].

(…)

New Jersey undergraduate Joe Malchow [aka Joe’s Dartblog] was writing on his own blog: ‘Guardian employs known member of terrorist organisation.’

Fantasies like this zoomed round the world and soon seeped into the paper’s mainstream rivals.

(…)

In the Independent on Sunday, Shiv Malik, also briefly a Guardian intern, accused the hapless Aslam of mounting ‘a sting by Hizb ut-Tahrir to infiltrate the mainstream media’.

And in the tabloid Sun, their attack-dog columnist, Richard Littlejohn, took the opportunity to claim: ‘A Guardian journalist has been unmasked as an Islamist extremist’.

Many bloggers repeated Malik’s untrue assertion – made in the Independent on Sunday – that the Guardian was ‘refusing to sack’ Aslam.

C’est bien ce qu’il a fini par faire, mais on en vient presque à  se demander pourquoi!

COMPLEMENT DU 25 à  23h45: Scott Burgess est de retour et ne cache pas son plaisir!