Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

"Pour un socialisme libéral"

Le Monde de dimanche-lundi publie un digest des 18 “contributions générales” déposées en vue du Congrès extraordinaire que le PS français tiendra au Mans du 18 au 20 novembre, et me rappelle que Jean-Marie Bockel, sénateur-maire de Mulhouse, se singularise encore davantage maintenant que l’humeur est, à  nouveau, à  la surenchère à  gauche.

Le site du PS met en ligne l’ensemble des textes, comme il se doit (en PDF, malheureusement). Bon, c’est effectivement là  où Le Monde fait un bon boulot, car ce n’est pas vraiment folichon (et outre les contributions générales, qui n’ont pas l’air de l’être toutes, il n’y a pas moins de 5 cahiers de contributions thématiques dont certaines paraissent voir large!). Même celle de Bockel fait 18 pages plutôt laborieuses, passé l’introduction qui, elle, est bien envoyée et que je reproduis ci-après.

Bockel a d’ailleurs un site, et même un semblant de blog.

Pour un socialisme libéral
Introduction de la contribution générale de Jean-Marie Bockel pour le Congrès du Mans du PS français

La victoire du Non le 29 mai dernier, a été la défaite du Oui de gauche. La droite et le centre ont largement voté Oui, et si le Non l’a emporté, avec l’ampleur que l’on connaît, c’est qu’il a fait au sein de la gauche de gouvernement, principalement socialiste, un score élevé. Pour quelles raisons les leaders socialistes n’ont-ils pas été capables d’entraîner vers le Oui leurs sympathisants, pourtant largement pro-européens? La situation sociale dégradée, la persistance du chômage de masse, la grave perte de confiance vis-à -vis des politiques, ont joué un rôle non négligeable dans le refus exprimé par l’électorat de gauche.

Pourtant une autre raison a été plus décisive encore. Comme tout le monde, les électeurs de gauche savent que l’Europe est libérale, pas ultra libérale comme certains l’en accusent sans respect pour le sens des mots, mais libérale, fondée sur les concepts de liberté et d’émancipation, acceptant la loi du marché et la libre concurrence. Les avancées démocratiques et sociales du projet constitutionnel ne contredisaient pas ce caractère.

Comment, faisant cette constatation, les électeurs de gauche pouvait-ils suivre ceux des socialistes qui, tout en fustigeant à  longueur de discours le libéralisme, leur demandaient d’approuver cette Europe et ce projet libéral ? La contradiction apparaissait trop flagrante pour ne pas entraîner le malaise, la méfiance, le rejet.

Les tenants socialistes du Non, malgré le populisme dont ils ont parfois fait preuve, étaient plus logiques: leur vote de rejet était en ligne avec les campagnes menées par les socialistes contre le libéralisme. De la même façon qu’étaient cohérents les sociaux libéraux qui demandaient d’approuver cette constitution, sans stigmatiser le libéralisme. Le positionnement ambigu, l’attitude craintive, le discours contradictoire « votez pour cette constitution (libérale) et luttez contre le libéralisme », ont encore une fois conduit à  l’échec, comme ils avaient provoqué celui de 2002. Le parler cohérent (à  défaut du parler vrai) deviendrait-il efficace?

Aujourd’hui, le PS se trouve une fois encore à  un moment crucial de son existence. Nous proposons de faire de cette épreuve difficile, l’occasion du renouveau. La division du parti, entre les partisans du oui et ceux du non, n’est pas conjoncturelle, elle engage notre identité, le sens que nous voulons donner au socialisme, la manière dont nous entendons parler au pays. Elle doit conduire à  faire un choix clair entre deux voies contradictoires:

La première, celle qui vient de triompher avec le «non à  l’Europe», est celle du conservatisme d’une gauche qui refuse l’évolution du monde et exprime sa peur de l’avenir. C’est aussi la voie des discours convenus, des solutions dépassées, des revendications corporatistes…

La seconde voie est celle de la prise en compte des opportunités de la concurrence et de l’économie de marché, de la recherche de la mobilisation sociale et de la régulation autour des valeurs d’équité, de responsabilité, d’initiative et de solidarité. C’est celle de l’intégration active dans le vaste mouvement européen de rénovation de la gauche et du centre gauche.

Entre ces deux voies, il faudra trancher, car elles sont inconciliables et toute solution intermédiaire serait illisible et conduirait encore une fois à  l’échec. Le parti socialiste doit éviter de se laisser aller à  la tentation de rechercher une synthèse, forcément artificielle, entre ces deux lignes antagonistes qui traduisent des visions contraires de la société et de l’avenir, avec toutes les divergences que cela implique en terme de valeurs et de principes, de projet politique et d’alliances au plan européen.

Malheureusement ce choix de la clarté, qui serait aussi celui de l’efficacité, n’est pas le plus probable. On peut craindre que l’on se hâte d’oublier les oppositions et les fractures qu’a révélées la campagne référendaire, et qu’au nom de l’ «unité du parti», dans un grand élan simplificateur d’opposition frontale au gouvernement, les socialistes se rassemblent dans la confusion, mêlent les objectifs et les propositions contradictoires, et retournent aux joies du double langage, de l’ambiguïté, de la posture contestataire. Qui peut imaginer la victoire au bout de ce chemin qui nous a par deux fois conduit à  la défaite?

Le parti socialiste est, dans son histoire récente, tombé dans bien des pièges. Le prochain qu’il doit éviter est celui du rassemblement hâtif sur des bases non clarifiées, qui serait factice, porteur de confusion et donc plus dangereux pour lui-même que jamais. Pour éviter ce piège, c’est le choix de la clarté que nous lui proposons, le choix de l’avenir, le choix d’un socialisme moderne et libéral.

2 commentaires

  1. 7 août 2005

    Intéressant, indubitablement intéressant.

  2. 14 août 2005

    J’ai tenté une analyse de la position de J.-M. Bockel, telle qu’elle résulte de sa contribution…

    A lire ici

Les commentaires sont fermés