Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

En attendant la pédophilie et le suicide, le gène de l’obésité et celui de la misogynie

C’était dans le Daily Telegraph de ce matin:

Scientists find fatness gene

Quant à  ce propos de Benoîte Groult, aurait-il été proféré par quelqu’un d’autre (et pour justifier l’inverse), je ne doute pas qu’il aurait soulevé un tollé:

(J)e voudrais débusquer un phénomène plus obscur et plus profond, qui s’articule au plus secret de notre inconscient, là  où s’enracinent les fondements de nos comportements d’hommes et de femmes (…) à  chaque fois qu’une femme remet en question l’accord tacite qui réserve aux hommes les hautes fonctions du pouvoir, chaque fois qu’elle prétend s’intégrer par le haut dans des structures jusque-là  masculines, apparaît un élément imprévu, qui ressortit à  des pulsions archaïques, inavouées et inavouables, la renvoyant aux sources millénaires de son identité.

Bon, c’est vrai que c’est moins brutalement dit que du Sarko! Dont le procès en déterminisme et eugénisme me paraît pour le moins hâtif. Il me semble que son approche est un progrès par rapport à  ceux qui voudraient que l’on soit pédophile par choix pervers. Elle implique plusieurs conséquences relativement positives: la priorité mise sur la nécessité de protéger les victimes potentielles, l’acceptation que la pédophilie ne peut pas simplement disparaître comme un mauvais rêve, voire même, horribile dictu, l’idée que les pédophiles doivent davantage être soignés (contenus) que punis… Je me retrouve largement dans ce qu’écrit Xavier, cité par Pikipoki qui est également plus nuancé que bien d’autres.

2 commentaires

  1. 16 avril 2007

    Cher François,

    J’ai beau chercher, je ne vois pas le rapport entre la misogynie de papa dénoncée par Groult, et les assertions de Sarko. (L’inné masculin refoulé?)

    Pour Sarko, s’il semble clair qu’on tente, en ces derniers jours de campagne ennuyeuse et mortifère, de faire mousser n’importe quelle peccadille oratoire, je trouve que ce qu’il a dit (ou ce qu’il aurait dit, “à  ce qu’il paraît”) est pour le moins légitimement contestable.

    On ne peut, ni scientifiquement ce me semble, ni en tout cas humainement, cautionner le “on naît pédophile”.

    Les gènes, c’est une chose, le milieu dans lequel on grandit, une autre, la liberté individuelle de se façonner un destin en-deça des cartographies prédictrices, voilà  ce qu’il convient d’affirmer.

    Mais je doute que Sarko soit tout simplement intellectuellement capable de se lancer dans de telles distinctions. Sorti du karcher…

    Amitiés, Stéphane

  2. Bon, d’accord, Groult c’est davantage l’inconscient que la génétique, mais c’est quand même une autre forme de déterminisme… je ne faisais qu’ironiser. Pour le reste bien sûr d’accord avec toi sur “la liberté individuelle de se façonner un destin en-deça des cartographies prédictrices”: inné ou acquis, ce n’est nullement une excuse. Mais je crois que c’est une erreur de sous-estimer Sarko…

Les commentaires sont fermés