Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Lettres de lecteurs

Avant le blog, il n’y avait guère que les lettres de lecteurs aux journaux. Et elles continuent, évidemment, car un nouveau média ne fait que s’ajouter sans se substituer aux précédents — il faut d’ailleurs reconnaître qu’elles sont souvent bien plus lues. Et l’un se nourrit de l’autre.

Sur son blog, hier, Norman Geras a signalé deux lettres dans une série publiée par The Guardian à  propos de l’entrée en vigueur du partenariat enregistré au Royaume-Uni. Elles reprennent la critique, que j’ai souvent tenté de réfuter sur ce blog, qu’une discrimination subsiste tant que les hétéros auront le mariage et les couple de même sexe les mêmes droits mais au travers d’une autre institution: Separate is still not equal, comme le résume Norman.

Ma réponse est sur son blog et ci-après: Different but equal (un excellent titre également dû à  Norman).

Dans un ordre d’idée similaire, je me suis fendu d’une lettre de lecteur au Monde. J’ignore si elle sera publiée (oui, dans l’édition datée du samedi 24.12), mais je la reproduis déjà  ci-dessous également: Pacs à  l’anglaise ou partenariat français au rabais?

Publié le 09.12.05 sur Normblog:

Different but equal

Allow me to disagree with the views expressed in the letters you referred to yesterday. Speaking of partnerships for same sex couples as ‘separate but equal’ vis-à -vis marriage for straight couples is at best a formalistic approach to equality and at worst a thoughtless slogan.

‘Separate but equal’ refers to discriminatory regimes by which one social group ensures its domination over another (according to the US Supreme Court when it dealt with segregation). Are gays or lesbians dominated by straight people, as a group or as individuals? Are they discriminated against socially, financially, professionnally? Is the Civil Partnership some new form of pink triangle? Of course not. Rather, it is a way of giving the Pink Pound something for its money, and rightly so.

The only sense of discrimination comes from the unreflective feeling that the same word and institution should be applied to any pair of people, regardless of the unmistakable difference (not inequality) that in one case they are of opposite genders and in the other of the same gender. Of course, it is possible, as in Belgium or the Netherlands, to redesign the laws on marriage in order to erase any notion that they apply specifically to a couple consisting of a woman and a man. That means, for instance, removing the present notion – in this country as in many others – that a marriage is void if it hasn’t been physically consummated through the insertion of the man’s penis into the woman’s vagina (as Baroness Scotland was eager to remind Lord Tebbit, who tried to derail the Civil Partnership Bill by using the equality argument). It can be done, but is it really worthwhile?

The tide may have changed in favour of universal gender-neutral marriage, but I recall in the early 90s when some gays, and especially lesbians, were outraged by any reference to that ‘paternalistic’ institution. Well, some may think the case for same sex couple unions can be used as a weapon to finish things in that regard, but in my view it is an altogether different question. For the time being equality is very well served by same sex couples having – with the Civil Partnership – the same rights that straight couples have when getting married, without the slightest hint of discrimination.

I’ve discussed these notions on my blog.

Yours, François

Lettre de lecteur du 06.12.05 au journal Le Monde (publiée dans l’édition du samedi 24.12.05):

Pacs à  l’anglaise ou partenariat français au rabais?

Parler de “pacs à  l’anglaise” à  propos du statut de partenariat civil institué en Grande-Bretagne pour les couples de même sexe pouvait passer pour de la pédagogie à  l’égard des lecteurs français (Le Monde daté du 6 décembre). Mais le contresens éclate lorsque votre correspondant s’étonne que les unions hétérosexuelles ne soient pas concernées, et avance une explication fondée sur la perte de recettes provenant des droits de succession que cela aurait occasionné. En réalité, cette possibilité existe bel et bien et est largement utilisée: elle s’appelle le mariage.

Loin d’être une référence universelle, le pacs est une “exception française” dont il n’y a pas de quoi être fier: plutôt que de suivre le modèle danois de 1989 (aujourd’hui généralisé dans la plupart des pays occidentaux) d’un statut de partenariat donnant aux couples de même sexe les mêmes droits que ceux conférés aux couples hétéros par le mariage, le gouvernement Jospin avait inventé, par pudibonderie hypocrite, une solution au rabais évitant de nommer gays et lesbiennes. A fortiori n’avait-il pas anticipé sur la dernière tendance: la neutralisation sexuelle du mariage pour en faire une institution unique applicable aux couples homos comme hétéros, inventée en Belgique et aux Pays-Bas et reprise depuis en Espagne et au Canada.

François Brutsch, Genève et Londres

Un commentaire

  1. 9 décembre 2005

    Cf. cet article de Jennie Bristow dans spiked qui d’une part fustige la non-identité du partenariat civil avec le mariage et d’autre part, en bonne libertarienne parano (redondance), et sans trop se soucier de la cohérence, y voit une manoeuvre de l’Etat pour ne pas laisser un mode de vie échapper à  son contrôle.

    Autres critiques paradoxales exprimées par Jennie Bristow à  propos du partenariat civil: 1) son conformisme, qui va jusqu’à  épouser le kitsch qui fait partie du mariage 2) le fait de tout ramener à  des questions de propriété et de retraites, ce qui enlève la mystique du mariage 3) le fait que la nouvelle loi, en refusant d’appeler le partenariat civil un mariage, est dépouillée de toutes les propriétés progressistes qu’elle aurait pu revêtir autrement. (Paradoxales – mais pas forcément fausses – en ce sens que c’est l’égalité avec l’institution très conformiste qui aurait été porteuse de de progressisme.)

Les commentaires sont fermés