Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Armes et corruption, de part et d’autre de la Manche

On s’approche donc d’un non-lieu général dans l’affaire dite des “frégates de Taïwan”: la vente de navires militaires par le groupe français Thomson-CSF (devenu depuis Thalès) pour un montant de 2,8 milliards de dollars, dans laquelle on suspecte des pots-de-vin non seulement pour convaincre l’acquéreur, mais également en France même, pour lever les oppositions à  un contrat politiquement sensible. C’est l’exécutif qui, en refusant la levée du secret-défense qui recouvre une partie de cette affaire, empêche le pouvoir judiciaire d’arriver à  une autre solution.

Au Royaume-Uni, une autre affaire de corruption qui a fait des vagues, pour une vente d’armes à  l’Arabie séoudite par le groupe BAE, portant, depuis 1985, sur 43 milliards de livres, vient également de trouver son dénouement. Le Monde avait rendu compte en détail des étapes précédentes: l’enquête menée par le Serious Fraud Office pour des soupçons de pots-de-vin versés au prince Bandar, les menaces de l’Arabie séoudite irritée, la décision de mettre fin prématurément à  l’enquête, la plainte en justice d’ONGs indignées (comme l’opposition, la presse ou l’OCDE), et le jugement sévère de la High Court (2 juges) qui a condamné “Tony Blair”. Mais, en appel, une Cour de 5 Law Lords a rendu son verdict le 30 juillet: à  l’unanimité, elle a cassé le premier jugement, reconnaissant que le SFO avait agi de lui-même (et non sur ordre du gouvernement), dans son rôle et, surtout, sans violer le code anti-corruption de l’OCDE, en décidant de ne pas poursuivre l’enquête compte tenu des risques réels que cela entraînerait[1]. Que je sache, Le Monde n’en a informé ses lecteurs qu’au détour d’une phrase. Et, à  vrai dire, même au Royaume-Uni, ce coup de théâtre n’a pas eu l’écho qu’il aurait mérité: “Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose”.

Notes

[1] Contrairement à  la High Court, les Law Lords ont reconnu que la séparation des pouvoirs implique de ne pas substituer l’appréciation bien pensante des juges à  celle de l’autorité compétente mais de ne sanctionner qu’un abus manifeste, en l’occurrence pas réalisé. Même si c’est moins gratifiant pour l‘ego.

2 commentaires

  1. 6 août 2008

    De la Tamise ou de la Manche?

  2. François Brutsch
    7 août 2008

    Lol, pardon! C’est rectifié!

Les commentaires sont fermés