Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Obama rencontre l’opposition partout, sauf à  Paris

Bon, tout est dans le titre… Le candidat en attente de confirmation par la convention démocrate fait une tournée internationale en vue de voir par lui-même les lieux et les personnalités avec lesquels ils aura à  travailler pour les 4 ou 8 prochaines années, s’il est élu en novembre face à  McCain. Cela veut généralement dire le tenant du pouvoir en place mais aussi, c’est dans les usages démocratiques, son alternative possible. En Allemagne il s’agit certes de la chancelière CDU et de son vice-chancelier SPD, qui sont dans le même gouvernement de grande coalition, mais au Royaume-Uni ce sera bien le premier ministre Gordon Brown et le chef des conservateurs David Cameron[1] (mais surtout Tony Blair, qui reste une valeur sûre aux Etats-Unis).

En France c’était un problème (et cela milite en faveur de la conception ségoliène[2] du premier secrétaire du PS): qui voir? Pas le premier secrétaire sortant, quand même. Après, c’est la bataille de chiffonniers, pour le moment, il n’y a personne qui a une stature suffisante pour incarner l’opposition. On voit bien le ridicule qu’aurait une délégation. Une connaissance fine de la vie politique française aurait pu conduire ses conseillers à  lui faire voir Michel Rocard, histoire de montrer qu’il n’a rien à  craindre des septuagénaires, bien au contraire.

Notes

[1] Qui a semble-t-il gagné la course à  la plus belle photo, quand bien même il vient d’offrir une belle démonstration de niaiserie: il s’est fait faucher devant le supermarché local son vélo qu’il avait pourtant soigneusement enchaîné autour d’un poteau… de 80 cm, il a suffi de le soulever pour l’emporter; elle n’aurait de toute façon pas sauvé un Gordon en perdition.

[2] Deux “n” ou un? Note de Guillaume Barry: Si on veut faire preuve de correctitude grammaticale autant que sémantique, il faudra préférer un sobre ‘ségolénienne’ à  ‘ségolénale’, ‘ségoléniste’ ou ségolénique’. Sinon, c’est impérativement ‘ségoliène’, mais qui serait l’adjectif dérivé de ‘Ségole’, dont on dirait que ‘Ségolène’ est elle-même un premier dérivé; mais on ne peut en tout cas pas avoir un e grave suivi de deux n – même en hommage à  quelqu’un qui s’est illustré par sa production de néologismes. – C’est corrigé, merci!

2 commentaires

  1. 25 juillet 2008

    Je ne comprends pas la fin de la note: “elle n’aurait de toute façon pas sauvé un Gordon en perdition.”… quel est le rapport entre Gordon et le vélo ?

  2. 25 juillet 2008

    @Vonric: “elle” renvoie à  l’objet (aurait-ce dû être le sujet? j’avoue que j’écris à  l’instinct, à  l’oreille, plutôt que selon la syntaxe) de la principale qui précède le point-virgule: la photo. Mais pardon, le client a toujours raison et ça me renvoie à  ce billet

Les commentaires sont fermés