Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Royal dans le texte

Si j’avais des états d’âme sur ma candidate favorite à  la présidentielle française[1], la page d’extraits de son livre Maintenant publiée par Le Monde me donnerait des occasions de me remobiliser. Tant le ton que le contenu des réponses de (Marie-)Ségolène Royal à  Marie-Françoise Colombani, éditorialiste à  Elle[2], donnent d’elle une image plus profonde et plus nuancée que celle qui ressortait jusqu’à  présent de la campagne.

Sur Mai-68, elle souligne notamment: “Il a dépoussiéré la gauche. Il a accéléré la déstalinisation des esprits. Il a permis l’affirmation d’un antitotalitarisme de gauche qui était, avant cela, bien minoritaire et bien peu audible.” Partant du discours de Ratisbonne de Benoît XVI[3], elle est carrément intéressante à  propos de l’islam, la chrétienté et l’Europe. Mais c’est surtout à  propos de l’adhésion de la Turquie à  l’UE qu’elle articule une pensée cohérente, progressiste, l’habileté n’étant pas un défaut: “J’y suis favorable sur le principe mais pas maintenant”, réaffirmant la vocation de ce pays à  rejoindre une Europe qui “n’est pas un territoire mais un projet politique” en démontant avec force le préjugé religieux et en argumentant la thèse géostratégique. Bayrou le pseudo-europhile qui la renvoie dans un “deuxième cercle”[4] se retrouve à  bon droit isolé sur la ligne la plus étroitement démocrate-chrétienne!

COMPLEMENT/REPONSE DU CHRONIQUEUR THEOLOGIQUE DE SERVICE DU 29.03.2007. Moi qui déteste le girouettisme et l’absence de ligne d’un Chirac, je n’arrête pas de changer de candidat/e-pour-qui-je-voterais-si… Ces derniers propos de Ségolène Royal seraient de nature à  me ramener dans son giron. Voilà  donc une socialiste qui non seulement semble avoir lu attentivement le discours de Ratisbonne, mais a su en dégager le point central. (Je veux croire que c’est d’elle et non d’un-e conseillèr-e.) Ce en critiquant sans heurter de front, faisant triompher une modération empreinte de fermeté. On est proche des vertus centristes, et à  l’opposé du ton de prédication pathétique trop souvent employé à  l’intention de la foule. Car je n’ai jamais encaissé le coup du “serment”, inflation langagière contre-productive à  la limite du blasphème selon la Bible[5].

Notes

[1] Et il faut bien reconnaître que cela m’arrive parfois… D’ailleurs pas sur ces “sujets de société” sur lesquels elle a bien raison de prendre les bobos à  rebrousse-poil, mais plutôt sur sa capacité à  renouveler le discours et la pratique de la gauche française en matière économique et sociale, alors que de temps à  autres reviennent des archaïsmes (à  droite Sarkozy présente d’ailleurs la même promesse et le même travers!). Mais un pari est un pari, ce n’est pas gagné d’avance: le mien est d’abord que, davantage que Dominique Strauss-Kahn, elle peut l’emporter au second tour face à  Sarko, et ensuite qu’elle est susceptible, par sa liberté et son parcours, d’apporter à  la gauche un pragmatisme plus radical que le trop prudent DSK. Et cette dépêche me réconforte sur ce plan là  également!

[2] Est-il inconvenant de se demander si le directeur du Monde lui est proche ou si c’est seulement une homonymie? Pour ceux qui renvoient dédaigneusement à  Voici, il y a des précédents prestigieux: Hélène et Pierre Lazareff, Françoise Giroud et JJSS… Et je me suis bien gardé de formuler la question inverse qui ferait de Mme l’accessoire de M.!

[3] Sous réserve de ce que trouvera éventuellement à  y redire mon chroniqueur théologique favori…

[4] Ne sait-il pas qu’il existe déjà  et n’est pas satisfaisant pour la Turquie? C’est l’Espace économique européen, qui s’applique à  la Norvège, à  l’Islande et au Lichtenstein.

[5] Cf. Deutéronome 23, 22-24; Matthieu 5, 33-37 et Jacques 5, 12.

3 commentaires

  1. Passant
    29 mars 2007

    Sans doute est-ce l’attachement profond de Mme Royal au caractère antitotalitaire de l’esprit de 68 qui lui interdisit, depuis 5 ans, de faire le moindre usage que ce soit de ses facultés de député à  l’occasion de l’un ou l’autre des débats relatifs aux onze lois liberticides passées en 5 ans par la dernière majorité.

    Il est vrai que la défense des quotas carbone de l’usine Rhodia de se circonscriptions dans les couloirs des administrations concernées et par le biais de questions au parlement étaient des sujets requérant bien plus encore l’attention de celle qui ne cache plus depuis 2001 le fait qu’elle pense à  la présidentielle même en se rasant.

  2. 31 mars 2007

    “(Je veux croire que c’est d’elle et non d’un-e conseillèr-e.)”

    Ah le mythe du décideur-qui-sait-tout, président de droit divin. Un gouvernement c’est plus de 1000 personnes, la principale qualité pour moi d’un politique à  ce niveau est de savoir s’entourer.

    Non ?

  3. Sur la note concernant F. Bayrou, si, il sait ! et vous pouvez en déduire que ça ferait 3 cercles.

    L’idée de base de sa proposition est que les pays de la zone euro auraient l’intérêt et l’envie de coopérer plus étroitement sur de nombreux sujets, mais que le mécanisme des 27 ne le leur permet pas – en particulier parce que les 27 comprennent des pays très eurosceptiques et/ou aux intérêts objectivement divergents.

Les commentaires sont fermés