Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Ne pas mélanger musulman et islamique

Il faut distinguer les valeurs issues d’une foi religieuse et la doctrine politique totalitaire qui se réclame de cette religion

Au Royaume-Uni, la coalition Tory-LibDem vient de trancher un débat qui la divisait (comme il divisait aussi les gouvernements Labour qui l’ont précédée, comme il divise les intellectuels, les policiers ou les diplomates dans toutes les démocraties[1]) sur la stratégie Prevent de lutte contre l’endoctrinement islamiste et le recrutement de futurs terroristes parmi les musulmans du pays:

  • Faut-il, pour combattre Al Qaida, collaborer avec, encourager, politiquement et financièrement, les groupes islamistes qui récusent officiellement le terrorisme et se limitent à  promouvoir leurs vues par des moyens légaux? C’est une stratégie largement défendue dans les milieux sécuritaires ou diplomatiques qui privilégient l’ordre et ont au fond une vision plutôt cynique de la démocratie et des valeurs libérales. Politiquement, elle est soutenue dans tous les partis par ceux qui se disent préoccupés par la nécessité de ne pas braquer les musulmans en donnant l’impression d’une attaque frontale contre leur foi et leurs valeurs.
  • Ou faut-il placer la barre plus haut et lutter aussi contre le discours anti-démocratique, anti-libéral qui met en cause la primauté du droit (étatique), la liberté religieuse (comprise comme le droit aussi de ne pas avoir de religion ou d’en changer) ou l’égalité des sexes? Ceux qui défendent cette vision partent de l’idée qu’il est insultant pour les musulmans modernes de les croire prêts à  tomber dans les bras d’Al Qaida alors qu’ils en sont les premières victimes! Cette vision, illustrée par Cameron dans un important discours[2], incarnée aussi par le ministre de l’éducation, Michael Gove (auteur sur ce sujet de Celsius 7/7 en référence aux attentats terroristes de Londres du 7 juillet 2005), est celle qui l’a emporté dans la nouvelle stratégie Prevent.

C’est la doctrine de Tony Blair, qui a toujours insisté sur la nécessité de combattre non seulement militairement Al Qaida mais aussi politiquement l’islamo-fascisme (je simplifie), à  distinguer soigneusement de la religion musulmane et de sa pratique.

Voir à  ce propos un récent billet sur Harry’s Place, à  la suite duquel j’ai laissé le commentaire suivant[3]:

Defining Islamism by Islamic values is indeed a bit circular…
But I think the point Lucy is making can be addressed quite simply: by referring Tehmina Kazi and British Muslim for Secular Democracy to the application of Muslim values (based on their faith), not Islamic (based on a political doctrine).
Being careful with the vocabulary is a tricky business. « Moderate Muslims » for instance is self-defeating, as Paul Wolfowitz rightly pointed out (think of moderate socialists, moderate liberals…), I try to use « modern » instead.

Notes

[1] Et c’est à  vrai dire l’une de ces questions sur lesquelles la même personne peut, selon les moments ou les circonstances, osciller d’un discours à  l’autre.

[2] Prononcé, pour tout compliquer, à  Munich! ;-)

[3] Je regrette toujours qu’un outil comme CoComment pour rassembler les contributions que l’on peut être amené à  faire sur d’autres blogs que le sien ne parvienne pas à  s’imposer: pour la prochaine évolution d‘Un swissroll, nous envisageons non seulement de développer, à  côté de nos propres billets, la place faite à  nos sélections Glâné sur le web de ceux qui nous ont intéressés ailleurs (disponibles aussi sur Google Reader pour votre serviteur), mais aussi la reproduction, avec lien vers la source, de certains de nos commentaires. Dans le cas précis, c’est d’autant plus justifié que je découvre chez les amis d’Harry’s Place une nouvelle politique (peut-être depuis un certain temps!) qui me semble intéressante pour les blogs qui drainent des dizaines ou des centaines de commentaires (et tous les givrés que cela attire et qui tuent la conversation): tous les commentaires sont effacés après sept jours! Un bon moyen aussi de concilier débat en ligne et droit à  l’oubli pour des paroles plus fugitives…

Un commentaire

  1. 11 juin 2011

    Merci d’attirer notre attention sur ce débat. Beaucoup de groupes terroristes ne se focalisent que sur un seul problème, par ex. l’indépendance de leur région. Bien plus dangereux, à  mon sens, sont les Islamistes du Proche-Orient et de l’Asie plus lointaine, d’une part, et les Christianistes – les à‰vangéliques, les Mormons (plus les Scientologues) – états-uniens qui étendent leur influence en Amérique du Sud et en Europe, de l’Atlantique à  l’Oural. Ces soi-disant disciples du Christ inspirent et soutiennent totalement la politique va-t-en-guerre des à‰tats-Unis. Ce qui enflamme l’ardeur des Islamistes. « Croisade » contre « croisade ». Pour moi, les intégristes américains et leurs « valeurs » (dollars, bulletins de vote, course à  l’armement et répression sexuelle) représentent le plus grand péril des deux. J’aime les à‰tats-Unis et m’étonne toujours plus de constater combien les intellectuels américains – qui m’apportent énormément dans de nombreux domaines – ont si peu d’influence dans leur pays.

    â–º Merci de ton commentaire, même si je ne partage pas ce qui me semble une fausse équivalence et un faux renvoi dos-à -dos entre terroristes (de diverses sortes, bien sûr) et Mormons ou scientologues, surtout quand tu précises ensuite que les intégristes américains sont pires que les terroristes islamistes! Il y a bien sûr d’autres terrorismes, plus ciblés, et dans ton sens tu aurais pu citer les terroristes anti-avortement qui sévissent occasionnellement aux US, comme il y a aussi côté écolo les terroristes animalistes au Royaume-Uni voire en Suisse…

Les commentaires sont fermés