Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Le juge Hutton met les pendules à l’heure

Frustration! Je suis à Genève depuis lundi, occupé de rendez-vous en séances. J’ai donc raté à la fois le débat sur les taxes universitaires hier aux Communes, où le projet du gouvernement l’a emporté par 5 voix (79 travaillistes ont voté avec l’opposition, 19 autres se sont abstenus; à lire une certaine presse, et davantage encore s’ils avaient été 6 de plus, eux seuls peuvent être crédités de préoccupations honorables, de scrupules conformes à une politique de gauche — les autres députés travaillistes, qui sont 314, ne sont bien sûr que des opportunistes), et surtout la présentation aujourd’hui de son rapport par Lord Hutton, suivi d’un premier débat aux Communes (il y en aura un second la semaine prochaine).

Je le regrette d’autant plus que le rapport de Lord Hutton est vraiment remarquable: il ne cherche pas à ménager les uns ou les autres, ni à l’inverse à blâmer tout le monde, et ne tombe enfin pas non plus dans le travers si courant de chercher un coupable extérieur à tout événement regrettable.

– Qui a tué le Dr David Kelly? Lui-même, nul ne l’y a poussé n’y ne pouvait se douter qu’il en viendrait là.

– Le reportage d’Andrew Gilligan fondé sur ses confidences était-il honnête? Non. Et le rapport est très critique sur la manière dont les organes de la BBC n’ont pas su jouer leur rôle, en refusant d’investiguer sur la plainte du gouvernement à l’égard de ce reportage.

– Le gouvernement a-t-il menti en évoquant la menace d’armes de destruction massive susceptibles d’être activées en 45 minutes? Non, il a agi de bonne foi sur la base des informations disponibles alors.

COMPLEMENT DE 23H30: J’ai apporté différentes modifications et adjonctions au billet d’origine. Et je m’aperçois en lisant Norman Geras que j’ai également raté un rassemblement londonien de blogeurs qui m’aurait permis de recontrer de manière moins virtuelle Norman, peut-être Oliver Kamm ou d’autres! Je me console en me disant que, contrairement à la soirée dans un pub qui m’avait permis de faire la connaissance de Harry, Stephen, Jackie, Anthony ou Peter, il s’agissait d’un événement officiel au Parlement auquel je n’aurais probablement pas été admis…