Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Papivore du Net après Google Reader

Pour moi ce sera l’appli gReader avec Feedly, et vous?

Vous ne savez pas ce qu’est Google Reader? Vous avez bien de la chance. Pour les millions d’accros à  ce service du géant de Mountain View, l’annonce il y a quelques mois de sa disparition lundi prochain, le 1er juillet, a sonné comme une catastrophe. Pour un certain nombre de programmeurs et entrepreneurs, en revanche, cela a été l’occasion ou jamais de se faire une place au soleil, ou de l’élargir. Dans les deux cas, émotion et stress garantis.

Si les noeuds de la Toile sont des sites en nombre infinis auxquels vous pouvez accéder, comment vous tenir au courant de ce qui vous intéresse, vous stimule, vous amuse, vous instruit voire plus directement a une importance cruciale pour votre activité professionelle? Il y a quelques sites que vous consulterez spontanément régulièrement. Il y en a d’autres où vous vous inscrirez pour être informé par courriel des nouveautés. Et il y a tous ceux que vous découvrirez puis oublierez, ou vers lesquels vous ne reviendrez qu’épisodiquement.

Pour une approche plus systématique, qui démultiplie votre capacité à  dépouiller régulièrement une plus grande quantité de sites (ou simplement à  ne pas rater ce qui est publié sur ceux qui vous intéressent), le web propose un outil spécifique qui s’appelle le flux de syndication (RSS ou Atom). Avec d’autres, mais probablement plus que tout autre, Google Reader a popularisé cet outil en en faisant un service en ligne facile d’emploi et gratuit pour les internautes lambda.

On appelle ce service un agrégateur de flux. Le fonctionnement est simple: vous y inscrivez les sites que vous voulez suivre, et chaque fois qu’un nouvel élément (un article, une vidéo, une note de blog – voire un commentaire -, etc.) leur est ajouté, votre agrégateur de flux le reçoit automatiquement. C’est formidablement puissant, que la lecture du seul titre vous suffise ou que vous alliez ensuite sur le site lui-même (démonstration en photos).

D’où le désarroi des utilisateurs de Google Reader qui ont souvent bâti depuis des années, avec parfois répertoires et sous-répertoires, un index considérable de sites[1] – certains générant des dizaines de nouveautés par jour, d’autres pouvant rester dans le coma pendant des mois sans que vous ratiez leur réveil! Allait-il tout falloir recommencer, et où?

J’abrège. Les alternatives existent, Google Reader est (était) d’ailleurs un service ouvert qui a généré tout un écosystème de sites récupérant (sur votre demande expresse!) vos données Google Reader pour les traiter mieux, différemment ou sur d’autres supports (smartphones ou tablettes Android, Apple, Blackberry, Microsoft etc.). A ce jeu, c’est Feedly qui a remporté la palme: le service était déjà  bien implanté avant l’annonce de la fermeture de Google Reader, et surtout il ne demandait aucune manipulation technique de la part de l’usager (alors que pour rejoindre d’autres services, comme The Old Reader, vous devez télécharger depuis votre compte Google plusieurs fichiers puis charger sur votre nouvel agrégateur celui qui contient la liste de vos sites).

Mais l’histoire ne s’arrête pas là . Pour moi comme pour de nombreux utilisateurs, l’agrégateur de flux n’est plus qu’une infrastructure en coulisse, un site auquel on n’accède pratiquement jamais – ce qui importe c’est l’application sur le smartphone ou la tablette avec laquelle vous triez, lisez, envoyez à  vos amis ou partagez sur votre propre site ou sur un réseau social le contenu de vos flux[2]. Pour moi c’était depuis des années NewsRob (sur Android) et c’était surtout ça mon problème pour l’après 1er juillet: son concepteur annonçait en effet qu’il renonçait à  prendre part à  la prochaine étape[3].

J’ai jeté mon dévolu sur gReader, une autre application Android qui a fait rapidement la transition de Google Reader à  Feedly[4]. Elle me rend exactement les mêmes services sur mon smartphone[5] que NewsRob auparavant par rapport à  Google Reader, une connexion au web intermittente (par exemple seulement quand vous avez du Wi-Fi à  disposition) suffit[6]. Son concepteur répond extrêmement rapidement aux remarques et suggestions des utilisateurs (et dans la période de transition de Google Reader à  Feedly et de l’arrivée en masse de nouveaux utilisateurs, les petits bugs et malentendus étaient inévitables).

A une semaine du jour J tout fonctionne déjà  superbement, avec une interface sobre et des claire et toutes les fonctionnalités que je peux souhaiter: envoi à  une amie par mail d’un article d’un blog susceptible de l’intéresser, téléchargement[7] de la version PDF d’un article du Temps que je souhaite conserver, sauvegarde en ligne, pour le lire ultérieurement, sur Pocket (ex-Read It Later) d’un autre article ou d’un lien signalé dans un article, partage sur Google+, avec un titre voire un commentaire de mon crû, d’un article que je veux faire connaître… Fin des soucis techniques!

Dans l’aventure, j’ai même fait une découverte pour laquelle je conserve un coup de coeur que je souhaite partager, tout particulièrement avec ceux qui ne pratiquent pas encore la lecture de flux: Skimr, un service en ligne minimaliste et révolutionnaire. Une petite équipe basée à  Prague a simplement réinventé l’agrégateur en s’écartant totalement du productivisme exhaustif et multidirectionnel pour réhabiliter le plaisir ludique de la découverte sur le web. Essayez-le en « écrémant » par exemple le blog du journaliste et photographe amateur (très) éclairé Jean-Claude Péclet (cliquer sur l’icône pour intégrer les images)!

Notes

[1] Quelque 150 dans mon cas, et je suis loin d’être un gros consommateur.

[2] Google Reader n’a développé que tardivement la sienne, et elle n’est (n’était) pas terrible.

[3] Il a depuis été convaincu de s’associer quelques utilisateurs eux-mêmes programmeurs et désireux de se lancer dans l’aventure, sur une base et dans des délais qui cependant ne conviennent pas au modeste utilisateur final que je suis qui veut juste un outil qui fonctionne.

[4] Pour les smartphones et tablettes iOS d’Apple, l’appli équivalente est Newsify.

[5] Toujours mon Samsung Galaxy Note, qui a cependant de sérieux ratés depuis la dernière mise à  jour d’Android…

[6] Contrairement à  l’appli propre de Feedly, inutilisable à  mes yeux! C’est important à  l’étranger, dans un avion ou simplement dans un tunnel en train ou en métro.

[7] Dans Google Drive, bien sûr! :-)