Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Le socialisme des chefs de clans

Frêche (celui qui réussit le tour de force de courtiser les rapatriés d’Algérie mais d’insulter les « harkis », Algériens qui combattaient les indépendantistes) en Languedoc-Roussillon, Royal dans le Poitou, Bockel à  Mulhouse… La place des grands féodaux, et de l’attachement à  une personne plus qu’à  une famille idéologique, est l’un de ces signes d’une maturité démocratique incertaine du système politique français (soyons vache); d’autres sont la Constitution de 1958 ou l’instabilité des partis de droite, qui commencent seulement a s’accepter comme tels et se refondent et changent de nom toutes les quelques saisons.

J’ai souvent été frappé de lire, pour un Fabius ou une Royal, par exemple, comment tout a commencé par la rencontre entre une jeune ambition disponible et un monstre sacré… En l’occurrence ce fut Mitterrand mais on se dit que ç’aurait aussi bien pu être Giscard, Barre, Balladur voire Chirac. A l’inverse, pour un Mauroy, un Rocard, mais aussi une Aubry, le lien est d’une autre nature: militant (un engagement fondateur), familial, voire simplement tribal, comme c’est le cas ordinaire dans les partis sociaux-démocrates traditionnels.

Un autre signe de ce que je trouve être une fragilité du PS m’est suggéré par l’analyse du score de la motion Bockel pour le congrès du Mans, dont le pourcentage après la virgule est détaillé de manière un peu pathétique sur son blog (à  0,65% de moyenne nationale, évidemment, ça prend de l’importance!). Sur la foi du projet, le socialisme libéral, même au PS français elle devrait obtenir entre 10 et 30%… Mais elle ne fait que des miettes, sauf là  ou Jean-Marie Bockel est top dog (54%), ce qui indique la nature essentiellement plébiscitaire du scrutin.

3 commentaires

  1. 16 février 2006

    « Sire, gardez-vous àƒÂ  droite, gardez-vous àƒÂ  gauche ! »

    Donc Georges FràƒÂªche a pràƒ©sentàƒ© ses excuses et reàƒÂ§oit le soutien de Jack Lang, qui avait donc bien entendu… Pour le PS, l’incident est clos. C’est une bonne nouvelle : contrairement àƒÂ  notre Pràƒ©sident, notre pràƒ©sidentiable n’a donc pas de…

  2. 16 février 2006

    Bonjour,

    L’idée n’était pas de jouer unilatéral :-) Je vous aurais volontiers cité en écrivant, mais impossible de citer un article publié le 15 février dans des articles écrits et publiés entre le 12 et le 14 ;-) Le trackback a posteriori, c’était juste pour vous indiquer l’existence d’un point de vue proche du vôtre.

    http://falaisesdemarbre.hautetfort.com/archive/2006/02/14/septimanie.html

  3. 16 février 2006

    FràƒÂªche vu de Suisse

    Quand l’affaire FràƒÂªche franchit les frontiàƒ¨res et se rapproche du coeur de l’Europe : le « socialisme des chefs de clans », une des faiblesses de la dàƒ©mocratie franàƒÂ§aise. On pourrait y voir aussi une transformation du systàƒ¨me franàƒÂ§ais : àƒÂªtre…

Les commentaires sont fermés