Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Google (Nexus One) vs. iPhone = PC vs. Mac?

Juste pour me débarrasser d’une réflexion qui me trotte dans la tête à  l’occasion de la sortie du Nexus One de Google, présenté comme LE concurrent de l’iPhone. J’avoue avoir de la peine à  m’exciter là -dessus — et pourtant je suis un ardent supporter de Google (et un critique sourcilleux des pratiques commerciales d’Apple, de l’iPod à  l’iPhone, quand bien même j’admire leur sens du design et de la commodité pour l’usager)! Car le Nexus One n’est au fond qu’un téléphone portable utilisant Android, un système d’exploitation (proposé par Google) utilisé déjà  par des dizaines de modèles de toutes marques, sous tous opérateurs. C’est l’occasion de dire que cela fait plus d’un an que je suis le fier propriétaire du tout premier modèle, le G1 vendu par T-Mobile (Deutsche Telekom) au Royaume-Uni, que j’utilise sans problème en Suisse avec ma carte SIM Orange[1]. Le Nexus One est bien sûr mieux[2], mais ce n’est pas un changement de nature.

J’ai l’impression de revivre la bataille de l’Apple MacIntosh contre le PC (IBM) sous DOS puis Windows (Microsoft): d’un côté la séduction marketing (et la marge bénéficiaire!) d’un produit à  l’identité forte et unique, l’iPhone; de l’autre le rouleau compresseur d’un outil peut-être moins sexy, mais multiforme et banalisé. Les deux peuvent bien sûr coexister (la stratégie n’est pas la même) mais il n’y a pas de doute qu’il y aura rapidement beaucoup plus de téléphones portables (et autres @rdoises) sous Android que d’iPhone. Mais cette fois le (futur) gros n’est pas méchant: tout le monde est gentil dans cet affrontement! :-)

Notes

[1] Je n’abandonnais pas sans hésitation une longue fidélité à  Palm, car pour moi le côté organiseur primait l’importance du téléphone portable comme du web dans la poche: mais j’ai pu trouver sans problème toutes les applications gratuites nécessaires dans l’Android Market. En prime le G1 me permet enfin de me tenir à  jour dans la lecture des nombreux fils auxquels je suis abonné, dont je partage certains éléments via Google Reader en attendant, un jour je l’espère, de les intégrer harmonieusement à  ce blog qui du coup donnerait moins l’impression d’être négligé…

[2] Mais plus cher: le G1 était gratuit, avec un abonnement de deux ans; et après trois mois l’opérateur fournissait lui-même pour une somme symbolique le code pour l’utiliser avec n’importe quelle carte SIM.

3 commentaires

  1. Esurnir
    7 janvier 2010

    Le Pre de Palm semblait-il si mauvais ? Ou trop cher?

    Sinon de ce que je sais, le problème d’Android est que justement il est publié sur autant de téléphones, cela fait en sorte qu’il y a beaucoups de configuration matériel différentes et que donc un programmer de jeu par exemple devra prendre en compte les différences.

  2. Esurnir
    7 janvier 2010

    Je n’ai plus bonne mémoire mais je ne suis plus sûr, actuellement Android est vraiment un « challenger » et l’iPhone le maître sur scène dans la gamme des smartphones. Cela influe beaucoups le marché car les dévelopeurs d’applications (les vrai auteur du succès de l’iphone et des smartphones) iront déveloper pour la plateforme avec le plus d’utilisateurs.

  3. 11 janvier 2010

    Ce qui est clair c’est qu’en 2 ans on a fait un bon dans l’utilisation du mobile: si la fin du XXe siècle a éte marquée par Internet sur PC, il est clair que le début du XXIe s’oriente sur la portabilité, la mobilité, la connection permanente et les applis sur mobiles. Tout le monde est en train de porter le contenu des sites sur mobiles et l’iPhone en a été le déclencheur. Apple semble renouveler leur coup du PC au début des années 80, sauf que là  ils sont en position de force avec deja plein d’utilisateurs.

Les commentaires sont fermés