Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Pierre Rosanvallon sur la campagne présidentielle et Royal

Il est l’une de mes références stables dans l’univers intellectuel français, et plus précisément au sein de la (deuxième) gauche dont il est partie prenante. Pierre Rosanvallon s’exprime dans Le Nouvel Observateur de cette semaine, et apparemment c’est en ligne: profitez-en!

Plus anecdotique, mais émouvante et également intéressante, une prise de position répercutée par Jacques Julliard il y a déjà  une semaine: celle de Jean-Marcel Jeanneney (97 ans, père de Jean-Noël qui lui fait campagne dans Le Monde). Je ne m’en souviendrais pas forcément comme ministre du général de Gaulle auteur du projet de régionalisation refusé en 1967 dans un de ces référendums où la réponse ne dépendait pas de la question, ni même pour son noeud papillon, s’il n’avait plus tard rallié Jean-Jacques Servan-Schreiber, auteur du Pouvoir régional, au sein du Mouvement réformateur. Il explique en quoi Royal est gaulliste…

Et tant qu’à  faire, je signale aussi la réponse de Jean Daniel à  Michel Rocard!

6 commentaires

  1. Pierre Rosanvallon, de gauche ?? La place qu’il a joué au sein de la fondation Saint-Simon me semble contredire franchement cette affirmation. Ce qui ne m’empêche pas de reconnaître la très grande valeur de son travail intellectuel.

  2. @Julien: Il est clair que ce n’est pas la même gauche que la tienne, heureusement! Mais ce serait peut-être bien de ne pas tout de suite arriver avec le terrorisme intellectuel stalinien, non? ;-)

    Pour info, ce que Rosanvallon a écrit au moment de la dissolution de la Fondation Saint-Simon (dans laquelle on trouve plein d’autres éléments de gauche).

  3. terrorisme intellectuel stalinien ? Lancer comme ça ce genre de phrase, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde que de soutenir un régime qui a tellement tué, me semble un peu léger. Je te remercie d’étayer un peu ton propos, et de m’expliquer en quoi « ma » gauche serait une gauche de « terrorisme intellectuel stalinien ». J’avoue être un peu surpris, pour ne pas dire déçu qu’un blog sérieux et de qualité comme le tiens tombe dans l’insulte de bistrot de quartier, naturellement sans avancer la moindre explication de ce que tu affirmes. Pas sûr que ça fasse vraiment avancer les choses! Cordialement, Julien

  4. François Brutsch
    20 avril 2007

    @Julien: Ce que je visais, c’est bien sûr le procédé consistant à  disqualifier d’entrée de jeu l’adversaire (en l’occurrence dénier l’appartenance de Rosanvallon à  la gauche, selon une tactique usuelle de l’extrême gauche qui voit des sociaux-traîtres — ou des sous-marins du libéralisme et de la Trilatérale — partout).

  5. C’est malheureusement ce qu’a été la fondation Saint-Simon. Une pierre de plus au tournant social-libéral du PS, qui a contribué à  réduire en lambeaux la gauche française. Si Ségolène passe au 2ème tour, elle fera toujours mieux que Jospin.. :-)

  6. Dupont
    20 avril 2007

    Il en va du gaullisme comme de l’armistice de 1918. Une fois par an on ressort les momies. Et si on regardait l’avenir plutôt qu’une époque morte, encore que pour les socialistes une référence a un homme mort en 1970 c’est toujours plus moderne que celle a des hommes morts entre 1880 et 1950.

    Blair va bientôt être au chômage et si on lui demandait d’animer un séminaire de remise a niveau?

Les commentaires sont fermés