Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Nostalgie: Eugene McCarthy

1968, ce sont les premières « primaires » américaines que j’ai suivies (je me souviens de l’assassinat de JFK en 63, mais ma mémoire politique saute allègrement la présidentielle de 64, Johnson contre Goldwater, pour débuter véritablement avec la présidentielle française de 1965, la démission du conseiller fédéral Paul Chaudet en 1966, mes premières élections législatives françaises et la Guerre des Six-Jours en 1967).

Et plutôt que Bob Kennedy mon candidat était Eugene McCarthy, qui vient de mourir (une de mes soeurs étant partie étudier aux USA je m’étais fait envoyer mon premier badge — par son intermédiaire j’ai même pu faire davantage en 1972: envoyer une contribution à  la campagne de George McGovern!). Une fois Hubert Humphrey désigné à  Chicago pour affronter Nixon, ça m’a moins intéressé, même s’il n’y avait pas photo par rapport à  l’adversaire (un peu comme en 96 avec Gore, mais la comparaison est injuste pour HHH). C’était l’année terrible, avec l’assassinat de Martin Luther King et du 2e Kennedy, et puis en France les événements de mai (lointainement décalqués à  l’Uni de Genève où était alors mon frère) et les élections de juin, et l’écrasement le 21 août du Printemps de Prague qui avait débuté avec la désignation d’Alexandre Dubcek le 5 janvier…

Des hommages à  McCarthy chez Jeff Jarvis ou Andrew Sullivan (quand bien même lui n’a probablement pas de souvenir de cette campagne).

5 commentaires

  1. Damien
    13 décembre 2005

    C’est très surprenant. Si en 1968, votre candidat préféré était McCarthy, alors vos vues politiques ont considérablement évolué depuis cette époque. Sa position concernant la politique étrangére américaine était très éloignée de celle que vous soutenez maintenant, et sauf erreur de ma part, je crois qu’il avait conclu que la guerre du Vietnam était moralement injustifiable. De même, McGovern était (et est toujours) l’antithèse d’un G.W. Bush sur la quasi-totalité de son programme politique.

  2. 13 décembre 2005

    Bon, encore un qui voudrait croire que l’Irak c’est le Vietnam! ;-) Cela dit, ce billet n’est pas à  prendre entièrement au premier degré: en 68 j’avais 13 ans (et pour ce qui est de la cohérence: je lis dans Le Monde que McCarthy a voté Reagan en 80…). Quant à  McGovern (McGovernment is my government), non, son programme était impeccable, rocardien je dirais (y compris une réforme fiscale fondamentale: l’imposition de la dépense brute et non du revenu, en supprimant toutes les déductions — comme quoi mon intérêt pour la flat tax remonte loin…).

    Vous semblez croire que je serais désormais de droite: ce n’est nullement le cas. Je suis d’ailleurs persuadé qu’un Clinton (et même un Gore) auraient réagi de la même manière que Bush après 9/11, et ç’aurait même été plus facile pour eux, en puisant dans la grande tradition de la gauche internationaliste et antitotalitaire, dont Oliver Kamm rappelle dans un livre qu’elle a largement précédé les  »neocons ».

  3. Damien
    13 décembre 2005

    Je ne sais si « encore un qui voudrait croire que l’Irak c’est le Vietnam! » est sensé être un bon mot, je le ressens plus comme une insulte voilée, et ce d’autant plus que je n’ai jamais rien dit de tel et que je n’aime pas ce type d’arguments simplistes et stériles. Mon seul propos était de souligner que vous n’avez que fort peu de points communs avec un McCarthy ou un McGovern, notamment pour ce qui est de la politique extérieure des US. Puisque vous abordez l’Irak, il me semble bon de rappeler que McCarthy et McGovern se sont tous deux déclarés opposés à  cette guerre. Je ne sais pas ce que Clinton aurait fait si d’aventure il avait été à  la place de Bush après 9/11, mais je trouve osé de votre part de prétendre qu’il aurait fait la même chose. En tout cas, il a récemment affirmé que la guerre en Irak avait été une erreur. Quant à  votre appartenance à  gauche ou à  droite du spectre politique, je vous laisse être votre propre juge.

  4. 13 décembre 2005

    Pardon d’avoir en effet cru simplement faire un bon mot, et tant mieux si cette position si courante n’est pas la vôtre!

  5. 13 décembre 2005

    Petit complément: McGovern s’était attiré la dérision de l’école « réaliste » en matière d’affaires étrangères lorsqu’il avait réclamé une intervention, internationale, sauf erreur, pour mettre un terme à  la dictature khmer rouge au nom du devoir d’ingérence.

Les commentaires sont fermés