Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Abolir le mariage en faveur d’un PACS+?

C’est au fond la proposition de Peter Tatchell, un infatigable activiste des droits humains — et parfois fatiguant: il ne saurait se résigner à  la victoire que représente l’égalité au travers d’un statut de partenariat enregistré donnant aux couples de même sexe les mêmes droits que le mariage pour les couples hétéros. J’en avais déjà  parlé ici, et ici. Une idée que je trouve personnellement risible, mais qui a retenu l’intérêt Norman Geras.

C’est cette fois au Guardian que j’ai adressé une lettre de lecteur

Re: Peter Tatchell: Civil partnerships are divorced from reality (The Guardian, 19.12.05)

The tired comparison of the treatment of homosexuals (I’m one of them) with the racist segregation of black people is of course fallacious: the Government has not « prohibited » gay people from marrying; the Government (reflecting society as a whole) merely hasn’t granted them recognition as couples until now. One easily forgets that same-sex couples have emerged as a social reality only very recently. Starting from the liberation movement of the 60’s, recognition of gay couples in both public opinion and in law has happened incredibly quickly.

Either, as in Britain, you have a partnership for gays and lesbians which is the same as marriage for heterosexual couples. Or you have a system with two different legal frameworks, which can then both be opened up to straights and gays. Or you change the definition of marriage to apply to same-sex as well as opposite-sexes couples. All three ways are equivalent and achieve equality.

What Tatchell proposes is replacing both marriage and civil partnership by a loosely defined « civil commitment pact » between any two (or why not more) people. Well, if he can’t think of anything more worthy of a fight… The fact that many couples choose not to register for marriage or civil partnership is not a problem calling for a solution: it is their free choice, and now open to both gay and straight people. That is also equality.

COMPLEMENT TARDIF: Ma lettre n’a pas eu les honneurs de la publication, sans doute parce que le journal a eu l’embarras du choix

8 commentaires

  1. 20 décembre 2005

    Félicitation pour votre blog que j’ai découvert récemment et que je lis désormais régulièrement.

    Je ne vous suis pas. Pourquoi exactement êtes-vous contre l’égalité des droits entre les couples hétéros et lgbt.

    Quelle est la différence exacte entre ces deux types de couples ? Le mariage dans son acception laïc (le partenariat civil, etc, etc), n’est-il pas la reconnaissance légale d’une relation entre deux personnes dans la durée ? Quelle différence qu’il s’agisse de personnes de sexe différents ou non ?

    Personnellement, je suis plutôt pour une laïcisation du pacte civil appelé aujourd’hui mariage. Rendons à  Dieu ce qui est à  Dieu. Cette institution serait détachée de toute notion de genre et la question des différences de traitement entre les deux types de couples pourraient – s’il y a vraiment lieu de le faire – être réglés dans des législation séparées.

  2. 20 décembre 2005

    a mirou Autant il n’y a aucune raison de traiter différemment un hétérosexuel et un homosexuel dans tous les domaines qui ne concernent pas le sexe, autant je ne comprends pas votre remarque S’il n’y a aucune différence entre un couple homosexuel et un couple hétérosexuel, que peut bien signifier l’expression « préférence sexuelle » ?

  3. 21 décembre 2005

    Bonjour,

    Oui effeectivement, mais dans quels domaines relatifs à  la sexualité la loi intervient-elle différemment pour les homos que pour les hétéros ? La question du mariage est une question de droits civils qui ne touchent pas à  la sexualité en tant que telle. Je ne vois pas pourquoi ces droits seraient différents… C’est d’ailleurs presque la solution retenue par la Suisse. Le partenariat enregistré entre personne de même sexe, regroupe, sous ce nom barbare ;-) des droits et devoirs qui sont très très proches de ceux du mariage. La grosse différence est en fait le droit à  l’adoption, qui y est clairement exclu.

    Peut-être que je me suis emporté trop vite et que je vous ai mal compris ? Peut-être sommes nous d’accord ?

    Michaël Monney

  4. mirou
    21 décembre 2005

    ah pardon, j’ai confondu mes interlocuteurs…. Je répondais évidemment à  verel sur la quesiton des préférences sexuelles.

    Et c’est en relisant le billet que je me suis dit que je n’avais pas les yeux en face des orbites lorsque je l’ai lu la première fois….

    désolé !

  5. 21 décembre 2005

    @ Mirou: mais je suis bien sûr pour l’égalité de traitement entre couples hétéros et homos! Je n’achète simplement pas la vue simpliste et fondamentaliste que seul un statut unique appliqué à  tous (mariage ou civil commitment pact) assure cette égalité. Un statut de partenariat enregistré garantissant aux couples de même sexe les mêmes droits que ceux garantis aux couples formés d’un homme et d’une femme par le mariage, comme en Grande-Bretage et bientôt en Suisse, y parvient tout autant. Et je n’éprouve aucun besoin de laïciser davantage le mariage, qui est déjà  une simple institution de droit civil.

  6. 22 décembre 2005

    Alors effectivement, j’ai mélangé mes bidons…. On est d’accord, alors ! Mon idée de laïcisation vient justement du mot « mariage », qui est encore fortement marqué de religiosité (je parle bien du mot et pas de l’institution). Mais, c’est là  un détail. L’important, c’est évidemment l’égalité des droits.

  7. 24 décembre 2005

    J’ai vu ton courrier dans Le Monde de samedi. Je ne partage pas forcément ton sentiment sur la pudibonderie socialiste qui serait responsable des insuffisances du PACS, la France ayant tout de même pris une certaine avance sur d’autres pays à  l’époque. Mais il est clair qu’elle est désormais larguée et qu’il serait bien qu’elle reprenne la main avec une formule de mariage sans considération de sexe, ouvrant les mêmes droits à  tous et que l’on en parle plus.

  8. 24 décembre 2005

    « la France ayant tout de même pris une certaine avance sur d’autres pays à  l’époque »

    Honnêtement, alors qu’après l’exemple du Danemark en 1989 la moitié de l’Europe a immédiatement emboîté le pas du partenariat pour les couples de même sexe, différent mais égal par rapport au mariage hétéro, il fallait une suffisance considérable pour l’ignorer et faire autre chose, et être bien timoré pour adopter un statut insuffisant et qui se gardait bien de nommer les homos que les initiateurs avaient évidemment en tête.

Les commentaires sont fermés