Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

La maîtresse du premier secrétaire du PS, l’amant de la ministre de la défense, Wolfowitz et "Le Monde"

Avez-vous déjà  lu Le Monde parler ainsi de Ségolène Royal ou de Patrick Ollier[1]?

C’est pourtant en ces termes que, dans un article de son envoyé spécial à  Washington, Alain Faujas[2], Le Monde se fait complaisamment l’écho de la dernière querelle cherchée au très bushiste et neo-con président de la Banque mondiale Paul Wolfowitz, accusé de népotisme en faveur de sa compagne, Shaha Riza[3]: la nomination de Wolfowitz l’a obligée à  quitter son job de responsable de la communication du département Moyen-Orient-Afrique du Nord de la Banque, et elle a bénéficié d’une promotion extraordinaire[4] avant d’être mise à  disposition d’une autre administration[5]. Il faut admirer le pharisaïsme sourcilleux avec lequel des journalistes se réfèrent à  une règle interdisant à  un couple d’être dans un rapport professionnel que nul ne songerait à  appliquer en France[6].

Peut-être bien que Wolfowitz n’est pas tout blanc et finira par payer sur cette affaire la haine qu’on lui porte et l’hostilité de ceux qu’il dérange, au sein de la Banque mondiale comme parmi les gouvernements dont il dépend ou qui dépendent de la Banque. J’y vois personnellement davantage de la maladresse due à  l’embarras à  l’égard de sa compagne (et des collaborateurs qui ont manqué de caractère pour prévenir la faute) que d’esprit de lucre. Et il faut souligner le caractère soigneusement monté de l’embuscade, qui fait sortir, via le Washington Post et l’association du personnel, une affaire remontant à  2005 à  la veille d’une réunion du Conseil d’administration et de l’assemblée générale…

COMPLEMENT DU 13.04 à  0h45: Comme de juste Le Temps en rajoute dans un éditorial Paul Wolfowitz doit démissionner: « augmenté de façon scandaleuse le salaire de sa maîtresse »… « avoué son forfait »… « Même si l’erreur est humaine » (ah bon, ce n’est plus de la rapacité lubrique?)… « Va-t-il rendre service à  la Banque et aux millions de pauvres qui croient encore en elle? » Les pauvres ont bon dos!

COMPLEMENT DU 20.04 à  16H10: Un point de la situation dans le WSJ OpinionJournal lundi 16 (cité et traduit par drzz dans les commentaires ci-dessous).

COMPLEMENT DU 09.05 à  10h15: Une chronique de Joëlle Kuntz dans Le Temps pour les derniers développements…

Notes

[1] Au demeurant, les deux termes ne me paraissent pas exactement sur le même plan: amant, qui a un féminin parfaitement acceptable, ajoute un élément qualitatif à  l’éventuelle illégitimité alors que maîtresse, pour lequel je ne trouve pas d’équivalent masculin, paraît irrémédiablement dévalorisant; est-ce qu’au moins ces termes ne devraient pas être réservés aux cas de relation triangulaire?

[2] Si le terme « maîtresse » qui figure dans le surtitre: Gouvernance: des compensations financières accordées à  sa maîtresse n’est pas nécessairement de lui, il utilise celui de « liaison » qui est bien dans le même registre (plutôt que « relation »).

[3] Comment réconcilier l’image que l’on donne de George Bush avec le fait que l’un de ses proches vit ainsi dans le péché… ;-)

[4] Il est extraordinairement difficile de trouver tous les chiffres pertinents dans le même article, probablement parce que cela ne ferait pas assez répugnant: selon le blog de Corinne Lesnes le « scandale » tourne autour de 13’500 $ par an — dans le même numéro Le Monde parle des indemnités de départ d’Airbus de Noël Forgeard: 8’500’000 € (note ajoutée à  19h33).

[5] Je ne sais pas ce qu’il en est en France, mais dans le monde anglo-saxon de tels « prêts » temporaires sont courants. Ils relèvent de la fertilisation croisée entre secteur étatique et secteur privé (ou international para-étatique, dans le cas de la BM) et s’effectuent selon une règle simple: c’est l’employeur d’origine qui continue de verser le salaire. Le montant supérieur à  celui de Condoleezza Rice s’explique ainsi et n’est nullement inhabituel (il serait bien plus important s’il s’agissait de quelqu’un provenant d’une « vraie » banque d’investissement!).

[6] N’y serait-elle pas même carrément dénoncée comme attentatoire à  la liberté personnelle?

4 commentaires

  1. athena
    12 avril 2007

    pour répondre à  la perfide question: non, en effet, pas plus que de sarko et sa maîtresse ou cecilia et son amant.

  2. Passant
    12 avril 2007

    Sans doute le fait que les anciens élèves de l’ENA aient pu fréquenter les anciens de Normale Sup au sein du même très petit nombre de classes préparatoires et grands lycées explique-t-il en partie les relations étonamment fréquentes entre politiciens, journalistes, intellectuels et enseignants.

  3. 17 avril 2007

    Wolfowitz est innocent.

  4. 18 avril 2007

    (…) (supprimé car hors sujet)

    La France bien sûr est au dessus de ce genre d’affaire. Ce n’est pas un ex-président socialiste qui logerait sa maîtresse et sa fille naturelle dans un palais de l’Elysée et qui ferait des écoutes téléphoniques pour protéger un secret de polichinelle ?

Les commentaires sont fermés