Un Swissroll RSS

Webmix

Commentaire de l'actualité (gaie ou non!) sur terre, au ciel, à gauche, à droite, de Genève, de Londres ou d'ailleurs
News and views (gay or not!) on earth, in heaven, left or right, from Geneva, London or elsewhere

Rencontre des différences

Le Monde relaie une « Semaine de lutte contre les discriminations et pour la rencontre des différences », du 19 au 26 mars, à  l’enseigne du Pari(s) du vivre ensemble. Ca reste toutefois non seulement parisien mais un peu intello comme approche. The Guardian d’aujourd’hui se fait l’écho d’une initiative néerlandaise du même genre: au programme, du foot entre une équipe musulmane et une équipe gaie, ou entre une équipe féminine et une équipe de Sud-Américains…

7 commentaires

  1. 22 mars 2006

    Genial, quelle fête ! Des arabes et des pds qui jouent au foot ensemble ! Quel magnifique message de concorde et d’amour… et de démagogie.

    (question subsidiaire: a-t-on encore le droit d’écrire pd ou s’agit-il d’homophobie ?)

  2. C’est comme flic, c’est le contexte qui détermine si c’est affectueux ou haineux… J’écrirais quand même plutôt pédés ;-)

  3. 22 mars 2006

    Oui c’est vrai, c’est le contexte qui fait l’insulte ou non (en l’occurence là , le contexte n’en fait pas une). Finalement, c’est aussi comme le mot « nigger ». Il est impensable qu’un blanc aux US s’adresse, même amicalement, à  un noir en disant « nigger ». Car la règle tacite veut que seuls les noirs entre eux s’appellent « nigger ».

  4. 23 mars 2006

    effectivement, c’est mignon et bien pensant. Cela évite de parler des aspects conflictuels et propage la bonne idéologie, avec des images sucrées comme les médias les aiment. Mais est ce que cela fait avancer le schmiblick ?

  5. D’abord Jules (de Londres en face), puis Authueil: le persiflage fait des ravages, mais fait-il, lui, avancer le schmilblick? Si j’étais parano je craindrais que ce soit parce qu’en l’occurrence ce sont les dangers que courent les gays Néerlandais (et encore plus s’ils sont musulmans, d’ailleurs) que cette opération souligne. Et quid de la comparaison avec l’événement parisien qui était quand même l’objet principal de mon billet?

    P.S. Si la scène édifiante était vraiment le but, les pédés n’auraient pas perdus 4 à  0…

  6. 23 mars 2006

    tout aussi mignon et courant dans la vie de tous les jours : France Culture avait choisi pour illustrer la chose un club de couples de trans mixtes asiatiques et européens. Très utile pour apprendre à  éviter les phrases pénibles dans le métro ou les cours d’école

  7. 28 mars 2006

    Se donner bonne conscience, c’est une chose, faire avancer réellement une cause, c’en est une autre. En général, je me méfie des initiatives abondamment relayées par les médias, surtout par certains médias, qui relèvent pour moi de la première catégorie. Critiquer n’est pas forcement persifler, même si je sais que les critiques contre les « actions de bonne conscience » sont facilement mal prises par ceux qui y adhèrent.

Les commentaires sont fermés